Or vert et gilet jaune

Chicago, le samedi 22 décembre 2018 – L’allongement de l’espérance de vie a pour effet secondaire un déficit des caisses de retraite et les Etats-Unis, où beaucoup de travailleurs capitalisent auprès de fonds de pension, ne font pas exception à la règle.

Pour pallier cette difficulté, le gouverneur élu de l'Illinois, Jay Robert Pritzker, qui prendra ses fonctions en janvier prochain, a eu une idée originale.

Alors qu’il a promis de légaliser l'usage récréatif de la marijuana (ce contre quoi son adversaire et prédécesseur républicain, Bruce Rauner est vent debout),  il compte consacrer les recettes des taxes sur ce produit, qu’il évalue entre 500 millions et un milliard de dollars le temps de son mandat (4 ans), au financement des pensions. Une estimation qui ne semble d’ailleurs pas exagérée, puisque l’Etat du Colorado, deux fois moins peuplé engrange 120 millions de dollars chaque année grâce à l’or vert (qui dégagerait plus de deux milliards de dollars de chiffre d’affaires). 

Soutenir les retraites grâce aux impôts indirects sur le cannabis serait une perspective qui séduirait déjà d’autres États,  alors que ce produit est autorisé partiellement ou entièrement dans trente d’entre eux et concerne désormais plus de la moitié de la population américaine. Signalons que le retentissement sur les dépenses de santé de la légalisation n’a pour l’heure, encore jamais été mesuré.

Reste que c’est peut-être une solution d’urgence pour répondre aux doléances des gilets jaunes et les calmer…Dans tous les sens du terme !

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.