Ordre des médecins : vœux et désaveu

Paris, le lundi 13 janvier 2020 – L’Ordre des médecins présentait ses vœux le 9 janvier dernier, en pleine tempête liée à la publication d’un rapport au vitriol de la Cour des comptes.

Rapport à charge

Aussi, devant les conseillers ordinaux, représentants syndicaux et institutionnels, le Dr Patrick Bouet, patron de l’Ordre, s’est évertué à contester les conclusions des sages de la rue Cambon qu’il estime « à charge ».

Selon lui, la haute juridiction a même eu une attitude « inacceptable » en ignorant délibérément les actions menées pour « moderniser l'Ordre » : refonte du règlement de trésorerie pour « encadrer strictement les régimes des indemnités et des remboursements de frais » des élus, instauration d'un dispositif contraignant de contrôle de la gestion des conseils ordinaux…

Quant au traitement jugé trop laxiste des plaintes et signalements des patients, le Dr Bouet réfute et salue « le travail » des conseils départementaux et régionaux ordinaux qui s'acquitteraient de cette tâche avec « abnégation ».

Le Dr Bouet a également annoncé ses grands chantiers pour 2020 avec la  mise en place d'un groupe de travail pour « clarifier et harmoniser » le traitement des signalements par les conseils départementaux, d’une enquête pour mieux « quantifier » le refus de soins discriminatoires et de travaux qui étudieront la pertinence des maisons médicales de garde.

L’Ordre entend également organiser une « vaste consultation » qui doit aboutir à la création « de dispositifs concrets ».

Un ordre « trop timoré ? »

Le Dr Bouet a enfin tenu à rappeler l’engagement de l’Ordre sur deux dossiers polémiques récents : les pratiques douteuses du site arrêtmaladie.fr et la polémique née des dérapages du forum « Le divan des médecins ».

Mais la réponse de l’Ordre dans ces deux affaires est considérée comme « très timorée » par le patron du SNJMG (Syndicat national des jeunes médecins généralistes), le Dr Benoît Blaes qui s’est invité à la cérémonie ordinale pour « présenter ses désaveux » à l’Ordre, un happening filmé et diffusé sur les réseaux sociaux.

Accompagné du Mouvement d’insoumission aux ordres professionnels (MIOP) et du Syndicat de la médecine générale (SMG), le Dr Blaes estime que « l’année 2019 a été marquée par plusieurs évènements qui remettent fortement en question la pertinence de l’Ordre des médecins ».
En premier lieu, il reproche au CNOM son « inaction » dans l’affaire de pédocriminalité qui met en cause un chirurgien, soupçonné de plusieurs centaines d’agressions sexuelles.

A l’instar du Pr Debout qui en décembre réclamait (comme depuis 1974) une dissolution de cet organisme, les trois organisations proposent pour « sortir de la crise » le « démantèlement complet » de l’Ordre, ou au moins « une réforme structurelle profonde avec l’implication des usagères et des usagers de santé dans la gouvernance de l’Ordre des médecins ».

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.