Où les patients préfèrent l’AG à l’anesthésie loco-régionale

La satisfaction des patients est un bon indicateur de la qualité des soins médicaux et l’évaluation de l'expérience vécue par les patients est de plus en plus populaire. Une intervention chirurgicale sur le membre supérieur peut se faire sous anesthésie générale (AG) ou loco-régionale (ALR). Cependant, la meilleure technique du point de vue du médecin anesthésiste n'est pas nécessairement celle qui procure la plus grande satisfaction au patient. L'objectif de cette étude était de juger de la satisfaction des patients après une AG et une ALR et d'identifier les domaines sur lesquels se pencher afin d’améliorer les soins apportés aux patients.

Les patients qui devaient subir une chirurgie élective et distale au niveau des membres supérieurs sous AG ou ALR du plexus ont été inclus prospectivement. Lors du premier jour postopératoire, on s’est enquis, par un entretien téléphonique, du degré de satisfaction du patient et de la principale cause d'insatisfaction vis à vis de la technique anesthésique.

Plus de patients satisfaits

Sur les 243 patients inclus, 79,8 % se sont déclarés « entièrement satisfaits » de la technique anesthésique ; 32,1% des patients ayant bénéficié d'une ALR ont déclaré ne pas se sentir "pleinement satisfaits", versus seulement 5,5 % après une AG.
Les principales raisons d'insatisfaction à la suite de l’ALR sont "l'anesthésie insuffisante avant l'intervention chirurgicale" et "l'inconfort lié au fait d'avoir une extrémité endormie pendant une longue durée après l’intervention ".

Outre la petite taille de l’échantillon étudié, la grande variété des actes chirurgicaux réalisés, l’absence de randomisation des patients entre AG et ALR, l'une des limites de ce travail, et de nombreuses autres études sur la satisfaction des patients, est l'utilisation d'une échelle de Likert simpliste en trois points pour évaluer le concept très complexe et multidimensionnel de la satisfaction des patients.

Plaidoyer pour plus de dialogue entre opérateur et opéré

Afin d'optimiser la satisfaction des patients recevant une ALR du membre supérieur, les auteurs de l’étude préconisent de mettre l'accent sur l’information des patients et d'aborder plus largement les problèmes d’échec des blocs et des anesthésies post-opératoires prolongées. Quoi qu’il en soit, il est toujours souhaitable de passer du temps avec les patients pour leur expliquer ce à quoi ils doivent s’attendre, car ce que cette étude révèle avant tout, n’est autre qu’une carence  de dialogue entre opérateur et opéré.

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Références
Droog W et coll.: Regional anaesthesia is associated with less patient satisfaction compared to general anaesthesia following distal upper extremity surgery: a prospective double centred observational study. BMC Anesthesiology 2019 ; 19: 115, doi.org/10.1186/s12871-019-0789-4

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Paralysie: le savoir...

    Le 18 juillet 2019

    Il est vrai que la paralysie d'un bras, plusieurs heures après une intervention pour canal carpien, m'a fortement handicapé et, en particulier, mieux vaut ne pas avoir besoin d'uriner ! Alors, pensez à conseiller à vos patients de ne pas boire dans les heures précédent l'intervention. Ce ne fut pas fait pour moi.

    Dr Yves Gille

  • Accompagnement

    Le 01 août 2019

    Pour les patients sous ALR pure (l'article ne mentionne pas les compléments éventuels) l'accompagnement du patient par un discours pré per et post-opératoire est fondamental. Pour moi cette étude révèle que cela n'st pas suffisamment appliqué en ALR.

    Tous les soignants devraient être formés à la communication positive et/ou à l'hypnose conversationnelle.
    De nombreuses études montrent une augmentation de la satisfaction des patients en utilisant ces techniques simples de communication.

    Dr Don-Pierre Giudicelli

Réagir à cet article