Oxygène en réanimation, le mieux pourrait être l’ennemi du bien

Si les bienfaits de l’oxygène sont bien connus et ne sont nullement remis en cause depuis sa découverte par Lavoisier juste avant la Révolution française, on sait aussi qu’une longue oxygénothérapie à fort débit a des effets secondaires chez l’enfant prématuré et le nourrisson. Pour ce qui est de l’adulte, il existe des données contradictoires sur les méfaits liés à l'exposition à la PaO2 (hyperoxémie) supraphysiologique chez les patients en état critique.

Existe-t-il une association entre l'exposition à long terme à l'hyperoxémie et la mortalité chez les patients de réanimation se sont interrogés des auteurs britanniques en étudiant une cohorte rétrospective de patients de réanimation dans cinq hôpitaux universitaires, admis entre le 31 janvier 2014 et le 31 décembre 2018 (National Institute of Health Research Critical Care Health Informatics Collaborative) ?

Des sous-ensembles de patients ayant été exposés à l'oxygène de 0 à 1 jours, de 0 à 3 jours, de 0 à 5 et de 0 à 7 jours ont été évalués pour 19 515, 10 525, 6 360 et 4 296 patients respectivement, soient de gros effectifs. La « dose d'hyperoxémie » a été définie comme étant l'aire entre la courbe de temps de la PaO2 et une limite de 13,3 kPa (100 mm Hg) divisée par les heures d'exposition potentielle (24, 72, 120 ou 168 heures). Un modèle de régression logistique multivariable a été utilisé.

Une association entre l'exposition à l'hyperoxémie et la mortalité, oui mais…

Une association a bien été établie entre la durée d'exposition à l'hyperoxémie et la mortalité en réanimation pour les fenêtres d'exposition de 0 à 1 jour (Odds Ratio OR 1,15 ; intervalle de confiance à 95 % IC 95 %, 0,95-1,38 ; p = 0,15), 0 à 3 jours (OR 1,35 ; IC 95 %, 1,04-1,74 ; p= 0,02), 0 à 5 jours (OR 1,5 ; IC 95 %, 1,07-2,13 ; p = 0,02) et 0 à 7 jours (OR 1,74 ; IC 95 %, 1,11-2,72 ; p = 0,02). Toutefois, aucune relation dose-réponse n'a été observée, ce qui ne lasse pas de surprendre les auteurs, qui s’attendaient à un taux de mortalité proportionnel au temps d’exposition.

Ainsi, si une association entre l'hyperoxémie et la mortalité a bien été observée dans cette vaste cohorte multicentrique non sélectionnée, l’absence d'une relation dose-réponse et le fait qu’il s’agisse d’une étude rétrospective affaiblissent toute interprétation causale. Le facteur toxique est-il la durée d’exposition ou bien le débit d’oxygène utilisé ? D'autres recherches s'imposent pour déterminer le caractère anodin ou non de l’hyperoxie « iatrogène ».

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Référence
Palmer E, Post B, Klapaukh R et coll. : The Association between Supraphysiologic Arterial Oxygen Levels and Mortality in Critically Ill Patients. A Multicenter Observational Cohort Study. Am J Respir Crit Care Med., 2019; 200 : 1373-1380. doi: 10.1164/rccm.201904-0849OC.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article