Pas de vaccin contre les bugs : Google Flu Trends, c’est fini !

Mountain View, le samedi 12 septembre 2015 – Que ceux qui se sentent épiés par nos mondes numérisés se rassurent : cet hiver, ils pourront avoir la grippe tranquille, Big Google n’en saura rien ou presque. Depuis 2008, pourtant, les requêtes lancées par les internautes de 29 pays, concernant la grippe, le paracétamol et autres montées de fièvre étaient analysées par un algorithme mis au point par la célèbre firme Google pour établir l’épidémiologie grippale ! Et le système semblait fonctionner parfaitement : il avait même eu en 2009 les honneurs de Nature. Une corrélation sans faille existait entre les résultats du moteur de recherche et les données des réseaux traditionnels. Cependant, les années firent mentir ces excellentes évaluations. Bientôt, Google Flu Trends, n’a plus été en mesure de donner une parfaite appréciation de l’ampleur des épidémies (confondant naturellement les requêtes établies par de vrais patients et celles émises par de vrais inquiets !). Il les surestimait systématiquement. Et les articles accusateurs se multiplièrent : dans Science, en 2014, le couperet tombe : les données de Google se sont révélées fausses 100 semaines sur 108. Voilà qui sonna le glas du système et le géant de l’internet vient d’annoncer que Google Flu Trends ne reprendrait pas du service en cette rentrée. Les précisions sur les raisons de cette interruption sont absentes du communiqué de Google, ce dernier affirme même qu’il continuera à transmettre ses données aux chercheurs du Boston Children’s Hospital, de l’université de Columbia et des Centers for Disease Control and Prevention.

Qui probablement ne les utiliseront pas sans tousser.

M.P.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article