Pas moins de dépistage du cancer du col en cas de vaccination anti-HPV de rattrapage

Les vaccins contre les papillomavirus (HPV) ne procurent pas une protection complète contre tous les types de HPV oncogènes. C’est pourquoi le dépistage du cancer du col reste essentiel. En Suède, le vaccin a été approuvé en 2006 et un programme de vaccination organisée a commencé dès juin 2012, ciblant les jeunes filles de 10-12 ans. Un rattrapage était ensuite proposé pour les femmes jusqu’à 26 ans. Mais l’on sait que la vaccination n’a aucun effet thérapeutique sur l’infection, et les jeunes femmes vaccinées tardivement peuvent avoir été exposées aux HPV oncogènes. De plus, il semble que l’efficacité vaccinale est plus faible quand la vaccination est tardive. La poursuite du dépistage du cancer cervical est donc particulièrement importante pour ces femmes.

En Suède toujours, le dépistage du cancer du col utérin est organisé, et proposé tous les 3 ans aux femmes entre 23 et 50 ans, puis tous les 5 ans entre 51 et 64 ans. Le dépistage est particulièrement suivi, puisque 82 % des suédoises ont eu au moins 1 dépistage dans l’intervalle de temps recommandé. Des voix s’élèvent toutefois pour mettre en garde contre le risque de désintérêt à l’égard du dépistage qui surviendrait chez les femmes vaccinées, et notamment chez celles vaccinées en « rattrapage ».

Au contraire, les vaccinées font mieux que les non-vaccinées

Les résultats d’une nouvelle étude sur ce sujet viennent d’être publiés. Il s’agit d’une étude prospective de cohorte explorant les différences de comportement vis à vis du dépistage chez les femmes de 16 à 23 ans vaccinées en « rattrapage » et les non-vaccinées. Toutes les suédoises nées entre 1988 et 1991 et invitées à se faire dépister ont été incluses, soit au total 261 434 femmes.

Le constat est plutôt rassurant, puisque les femmes vaccinées se font mieux dépister pour le cancer du col que les non-vaccinées (Hazard Ratio 1,32 ; intervalle de confiance à 95 % 1,30 à 1,34). La relation positive entre vaccination et dépistage persiste, mais diminue toutefois, après ajustement pour le niveau d’éducation, les revenus et les antécédents de migrations (HR 1,10 ; IC 1,09 à 1,12), suggérant que les facteurs socio-économiques jouent un rôle favorisant dans cette relation.

L’une des explications possibles est que la vaccination offre l’opportunité d’une information sur les risques de cancer du col utérin et favorise ainsi l’adhésion au dépistage. Notons que le lancement de la campagne de vaccination pour les « teenagers » s’était accompagné de nombreux messages à la radio, télévision et par courrier, messages auxquels les plus âgées n’étaient sans doute pas restées insensibles.

Dr Roseline Péluchon

Références
Kreusch T et coll. : Opportunistic HPV vaccination at age 16–23 and cervical screening attendance in Sweden: a national register-based cohortstudy. BMJ Open 2018; 8: e024477

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article