Patch de kétoprofène sur entorse bénigne : ça colle !

Voici plusieurs années déjà que les systèmes de délivrance d'AINS par voie transdermique sont préconisés. Avantage : la réduction, voire la suppression des troubles gastro-intestinaux liés à l'administration orale des anti-inflammatoires non stéroïdiens, l'absence d'effet d'un premier passage hépatique, un contrôle plus facile des quantités administrées pour les médicaments à grande puissance d'action, et la délivrance locale d'une quantité importante de produit actif sans atteindre des taux sanguins élevés. Désavantage : l'impossibilité d'administrer des doses importantes et le fait que certaines molécules puissent être irritantes ou sensibilisantes pour la peau.

Aussi ces produits doivent-ils être testés cliniquement avec méthode, ce que Bernard Mazières et son équipe de l'unité de rhumatologie de l'université Rangueil à Toulouse ont effectué avec un patch contenant 100mg de kétoprofène en une application quotidienne. Cent soixante-trois patients (kétoprofène, 81; placebo, 82) avec entorse bénigne de la cheville (grade I-II) datant de moins de deux jours et avec douleur spontanée >50mm sur une échelle visuelle allant de 0 à 100, ont été suivis durant deux semaines. Premier critère d'évaluation, la douleur après 7 jours a diminué de manière significative (p=0,0007) dans le groupe kétoprofène ( -49,9 ± 20,2 mm, -73 %) par rapport au groupe placebo (-37,6 ± 24,3 mm, -57%). Cet avantage significatif était déjà présent à J3 (p=0,0053) et a persisté dans le temps (p=0,0006 à J15). D'autre part, si parmi les critères étudiés, c'est essentiellement le critère douleur qui a fait l'objet d'une amélioration significative sous kétoprofène, cela s'est traduit à J15 par une plus grande facilité à la marche dans le groupe traité (p=0,013). Quant au second critère d'évaluation, qui était la tolérance du produit, celle-ci s'est révélée excellente dans les deux groupes, avec une même proportion de réactions locales.

Ceci permet de conclure que, dans une pathologie exemplaire de la petite traumatologie, le kétoprofène en patch est efficace, sans exposer à des effets secondaires notables, ce qui le rend susceptible de remplacer avantageusement les AINS per os dans cette indication. La durée du traitement dépend par ailleurs des résultats obtenus, une durée totale de 7 jours semblant le plus souvent satisfaisante.

Dr Dominique-Jean Bouilliez


Mazières B, et coll. : "Topical Ketoprofen Patch (100 mg) for the Treatment of Ankle Sprain. A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Study." The American Journal of Sports Medicine 2005;33(4):515-23. © Copyright 2005 http://www.jim.fr

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir à cet article

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.