Patients sous AVK : une meilleure observance grâce aux entretiens pharmaceutiques

Paris, le jeudi 9 mars 2017 - Une enquête réalisée auprès de 1 284 pharmaciens par Observia et l’Union des syndicats des pharmaciens d’officine (USPO), présentée lors des 10e Rencontres de l’Officine qui se sont déroulées du 4 au 6 mars derniers à Paris, démontre une amélioration de l’observance des patients sous traitement anti-vitamine K (AVK) grâce aux entretiens pharmaceutiques. Ces derniers ont été introduits via l'avenant n°1 à la convention nationale pharmaceutique signée par l'Union nationale des caisses d'assurance maladie (UNCAM) et les trois syndicats représentatifs des pharmaciens d'officine en 2013. Ils concernent aujourd’hui l’asthme, les AVK et les anticoagulants oraux d’action directe.

Les résultats montrent ainsi que l’observance mesurée par la persistance moyenne aux traitements AVK est supérieure dans les pharmacies ayant réalisé des entretiens. Dans le détail, l’observance moyenne pour les patients des pharmacies n’ayant réalisé aucun entretien est de 79,35 %, contre 81,3 %  pour les patients des pharmacies ayant réalisé au moins un entretien et de 83,42 % lorsque plus d’un entretien a été réalisé. D’après les données de la littérature médicale, les patients qui présentent une observance inférieure à 80 % dans cette indication ont trois fois plus de risques de récidive de thrombose veineuse profonde. L’étude présentée suggère donc un impact positif non négligeable des entretiens pharmaceutiques sur le taux d’observance des patients sous AVK.

Pour un passage au forfait annuel sur objectifs

Pour la majorité des pharmaciens, il y a lieu de continuer les entretiens pharmaceutiques, mais à condition que certaines modifications soient apportées au dispositif. Le niveau de la rémunération (actuellement 40 euros pour deux entretiens par an par patient, ou 30 euros pour un entretien et deux questionnaires d’observance), ainsi que les modalités administratives qui la régissent et qui entraînent des délais de paiement beaucoup trop importants sont, pour les pharmaciens, à revoir.

Ces derniers souhaitent également que l’Assurance maladie communique de façon ciblée pour mieux faire connaître le dispositif aux patients concernés, que les entretiens soient moins longs, les questionnaires plus souples et que les thèmes prioritaires puissent être à leur initiative en fonction du profil des patients. Le passage au forfait annuel sur objectifs est également plébiscité. Au vu de tous ces éléments, l’USPO conclut que « ces résultats très positifs constituent un élément de démonstration vis-à-vis de la CNAMTS » avec laquelle elle est toujours en négociation pour l’établissement de la nouvelle convention pharmaceutique.

Benoît Thelliez

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Valeurs cibles

    Le 09 mars 2017

    Votre information est intéressante mais ne rapporte qu'une amélioration de l'observance. Ce qui est le plus important pour réduire la iatrogène, liée aux AVK, c'est de savoir si les malades sont restés dans la fourchette des
    Je disais que le plus important est de savoir si les malades sont restés dans la fourchette des valeurs cibles de l'INR, mais peut-être que l'étude n'a pas permis d'évaluer ce paramètre.

    B. Delorme

  • Temps passé dans l'INR cible ?

    Le 10 mars 2017

    Cette étude est elle publiée et accessible ?

    J'aimerais connaitre la méthodologie utilisée et notamment si le temps passé dans l'INR cible a bien été mesuré, sachant qu'il s’agit du meilleur marqueur d'observance et de réponse au traitement par AVK.

    Il semble un peu trop tôt de conclure sans avoir ces données...

    N Gendron (Hématologiste)

Réagir à cet article