Pénibilité du travail de nuit : les anesthésistes sonnent le réveil

Paris, le mardi 24 août 2010 – En juin, les praticiens hospitaliers ont clairement signifié aux pouvoirs publics qu’ils refuseraient d’être les oubliés de la réforme des retraites et qu’ils ne se contenteraient pas de quelques modifications du dispositif IRCANTEC. Une alliance inédite de neuf organisations syndicales, représentant des anesthésistes, des urgentistes, des pédiatres et des gynécologues choisit de faire de la reconnaissance spécifique de la pénibilité liée au travail de nuit son principal cheval de bataille. Rappelant les méfaits maintes fois démontrés d’une activité nocturne sur la santé, ces syndicats soulignaient que quatre à cinq années de la carrière des praticiens hospitaliers se déroulent la nuit. Ils observaient par ailleurs que l’âge venant, la multiplication des gardes représentait un danger pour les patients. Aussi, appelaient-ils le gouvernement à se prononcer précisément sur cette question : souhaitant d’une part qu’à partir de 1000 nuits travaillées, il ne soit plus obligatoire de réaliser 160 trimestres de travail pour bénéficier d’une retraite à taux plein et d’autre part que les médecins les plus âgés puissent être dispensés des activités les plus pénibles. En l’absence de réponse satisfaisante du gouvernement, les syndicats promettaient une rentrée brûlante.

Sans invalidité à 20 %, pas de pénibilité?

Aujourd’hui, fortement déçu par les propositions avancées par le gouvernement concernant les compensations liées à la pénibilité, le Syndicat national des praticiens hospitaliers anesthésistes réanimateurs élargi (SNPHAR-E) met sa menace à exécution. On le sait, le projet des pouvoirs publics est d’offrir au cas par cas aux salariés une reconnaissance de la pénibilité de leur activité, à partir d’un taux d’invalidité de 20 %. Ce seuil est jugé inique par les anesthésistes qui observent : « Le seuil d'invalidité fixé à 20 % est une aberration pour tous les médecins du travail : les invalides à 20 % sont de fait déjà retirés du travail. Pour qu'un BPCO atteigne ce seuil il doit être sous oxygénothérapie! Les conséquences de la pénibilité du travail de nuit surviennent de manière très différée, en général après la retraite », critiquent-ils contestant de manière générale la « confusion entre pénibilité, handicap et incapacité » sur laquelle reposent selon le SNPHAR-E les dernières propositions du gouvernement. Ces dernières sont de fait très éloignées des revendications du SNPHAR-E qui estime que ne doivent pas s’appliquer uniquement des mesures individuelles mais qui attend des réponses globales. 

Mobilisation générale le 7 septembre

Aussi, le temps de l’action paraît venu pour le syndicat. A partir du 1er septembre, il appelle tous les anesthésistes à refuser toute garde de nuit sans réquisition. Ainsi, le SNPHAR-E entend signifier que les anesthésistes « assument la permanence des soins, mission de service public, mais la pénibilité qui lui est liée doit être reconnue et compensée ». Par ailleurs, le SNPHAR-E annonce qu’il participera le 7 septembre à la journée nationale de mobilisation contre la réforme des retraites. Ces revendications des anesthésistes sont portées alors qu’a été publié au début du mois de juillet un rapport du Conseil Economique, Social et Environnemental mettant en avant une augmentation du travail de nuit et la nécessité de sa reconnaissance. L’institution a en effet clairement tenu à « réaffirmer le principe général de la nécessaire prise en compte de la pénibilité du travail de nuit dans le droit à la retraite ».

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.