Pharmacovigilance : un logiciel pour analyser les messages sur les réseaux sociaux

Paris, le mercredi 15 mars 2017- On le sait, internet regorge de messages postés sur les forums et réseaux sociaux qui ont trait à la santé. Sur 55 millions d’internautes en France, 60 % sont actifs sur les réseaux sociaux et 80 % consultent le web à la recherche d’informations sanitaires. Alors que seulement 5 % des événements indésirables liés à la prise d’un médicament sont remontés aux autorités de santé via les plateformes institutionnelles, les patients qui ont un problème d’iatrogénie médicamenteuse, supposé ou réel, préfèrent visiblement requérir l’avis de leurs pairs plutôt que celui de la communauté médicale.

Ces échanges permanents qui se traduisent par des millions de messages postés sur les plateformes du web n’ont, jusqu’à présent, pas fait l’objet d’une exploitation pertinente pour contribuer à renforcer la sécurité de la chaîne du médicament. Pourtant, une exploration profonde de cette masse de données permettrait aux acteurs industriels et sanitaires de disposer de signaux d’alerte précurseurs susceptibles d’éviter des catastrophes sanitaires telles que celles qui ont récemment été révélées et qui contribuent à renforcer la défiance des patients envers l’industrie pharmaceutique.

Des algorithmes capables de repérer les messages les plus pertinents 

Issue de la société Kappa Santé, la startup française Kap Code a décidé de relever le défi et propose aujourd’hui une solution logicielle baptisée Detec’t qui est capable de surveiller le web en temps réel, de repérer et d’analyser les millions de messages postés sur les réseaux identifiés comme porteurs de discussions liées à la santé. Sa promesse est d’effectuer une veille sanitaire centrée sur le bon ou le mauvais usage des traitements, l’observance et l’identification des raisons d’arrêt de traitements ou encore l’étude des effets indésirables tout comme les bénéfices perçus des médicaments. Detec’t trace également les messages liés aux produits cosmétologiques et nutritionnels.

Si l’idée semble assez simple, on mesure d’emblée l’ampleur de la tâche qui consiste à effectuer un tri parmi les millions de messages analysés pour en tirer une cohérence d’ensemble. Destiné aux laboratoires pharmaceutiques, aux autorités sanitaires publiques et autres observatoires de santé, le logiciel fonctionne sur la base de mots clés sélectionnés autour du médicament à l’étude et est capable de reconnaître les concepts médicaux tels que peuvent les exprimer les patients dans un langage aussi bien technique qu’extrêmement profane. Une batterie d’algorithmes permet de réduire significativement les flux d’informations pour concentrer l’analyse sur les messages contenant une information pertinente. Un module de détection des signaux et de comparaison avec des bases de données institutionnelles de pharmacovigilance complète le dispositif. A ce jour, l’équipe de Kap Code fait état de près de 27 millions de messages déjà analysés en référence à 485 médicaments.

Benoît Thelliez

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article