Pilules progestatives et DIU ont le vent en poupe

Depuis le « pill scare » de 2013, à la suite de la plainte d’une victime d’un AVC sous pilule chez qui on devait découvrir une thrombophilie par mutation du facteur II G20210A du gène de la prothrombine, le marché de la contraception en France a subi de grands bouleversements. Les pilules oestro-progestatives déclinent régulièrement (38,95 millions/an en 2018 versus 54,6 en 2011), alors que les pilules progestatives seules et les dispositifs intra-utérin (DIU) au cuivre progressent nettement (respectivement 13,77 millions et 444 723 unités/an en 2018 versus 8 millions et 290 331 en 2011). Il convient, lors de la prescription d’une contraception, de fournir aux femmes des informations personnalisées pour s’assurer d’une compréhension et d’une observance optimales.

Dr Catherine Azoulay

Références
Serfaty D : Évolution du marché de la contraception en France : « Vous avez dit hormonophobie ? 47es Journées Jean Cohen 2019 (Paris) : 15-16 novembre 2019.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.