Plasma pré-hospitalier dans le choc hémorragique en milieu urbain : quel bénéfice sur la survie ?

En dépit des progrès réalisés dans les transports civils et militaires, la survie des blessés atteints d'hémorragie grave n'a guère changé au cours des dernières années. Les principales causes de décès sont l’hémorragie incontrôlée, la coagulopathie par épuisement des facteurs de coagulation, la fibrinolyse incontrôlable… A la suite de l’expérience militaire en Irak (2003-2005), le traitement de la coagulopathie par le recours précoce au plasma est largement utilisé. 

Bien que le plasma soit partie intégrante de la réanimation hémostatique après blessure, le moment exact de son administration demeure controversé. Des études rétrospectives randomisées et contrôlées n'ont démontré aucun avantage sur le plan de la survie, mais avec toutefois un biais important chez les survivants, à savoir que les blessés devaient survivre assez longtemps pour recevoir du plasma.

Au pays des balles perdues, enfin pas perdues pour tout le monde !

Anticipant l'approbation du plasma lyophilisé par la Food and Drug Administration des États-Unis, le département de la Défense des États-Unis a financé des essais de réanimation pré-hospitalière par plasma. L'un d'entre eux, l'essai COMBAT, s’est déroulé aux États-Unis dans le contexte d'un transport terrestre (et non héliporté) rapide en une zone urbaine. Il s’agit d’un essai randomisé, monocentrique réalisé par le Denver Health Medical Center. Les blessés en choc hémorragique (tension artérielle systolique ≤ 70 mm Hg ou 71-90 mm Hg + une fréquence cardiaque ≥ 108 /mn) ont été répartis de façon aléatoire en 2 groupes pour recevoir sur les lieux de la blessure soit du plasma, soit du sérum physiologique (groupe témoin). La randomisation a été réalisée en armant toutes les ambulances avec des glacières scellées. Lorsque les glacières contenaient deux unités de plasma congelé, elles étaient décongelées dans l'ambulance et la perfusion commençait. Lorsqu’elles contenaient une charge factice de sérum physiologique gelée, cela indiquait une affectation dans le groupe témoin et le sérum physiologique était infusé. Le principal critère d'évaluation a été la mortalité à J28 et les analyses ont été effectuées en intention de traiter.

Du 1er avril 2014 au 31 mars 2017, les ambulanciers paramédicaux (et non des médecins) ont réparti de façon aléatoire 144 blessés en deux groupes sur le terrain. L'analyse en intention de traiter a inclus 125 blessés admissibles dont 65 ont reçu du plasma et 60 du sérum physiologique.

L'âge médian était de 33 ans (IQR de 25 à 47) et le New Injury Severity Score médian était de 27 (10-38). 70 blessés (56 %) ont nécessité des transfusions sanguines dans les six heures suivant la blessure. Groupes et temps de transport médians ont été similaires (groupe plasma : 19 min [IQR de 16 à 23] vs témoin : 16 min [IQR de 14 à 22]).

Les taux de mortalité à J28 on été identiques (15 % dans le groupe plasma vs 10 % dans le groupe témoin, p = 0,37). Dans l'analyse en l'intention de traiter, il n’y a eu aucune différence de fréquence des coagulopathies et de complications autres. En raison de l'absence constante de différences, l'étude a été interrompue pour cause d'inutilité après 144 des 150 inclusions prévues.

Pas de bénéfice en terme de survie : certes, mais…

Cet essai contrôlé randomisé, vraisemblablement le premier du genre a être aussi rigoureux et testant le plasma pré-hospitalier (dans les 30 minutes suivant la blessure, en commençant dans l'ambulance), pour contrôler l’état de choc hémorragique n’a démontré aucune amélioration de la survie lorsque le plasma a été administré dans le contexte bien précis et limité d’un transport terrestre rapide vers un centre de traumatologie urbaine de qualité. Pour autant, les produits sanguins pourraient s’avérer bénéfiques lorsque les délais de transport sont plus longs, mais le fardeau financier n’est actuellement pas justifié dans un environnement urbain où les centres de traumatologie sont situés à courte distance des centres de traumatologie, soulignent toutefois les auteurs. Le court délai de contrôle mécanique de l'hémorragie et la disponibilité immédiate de plasma à l'hôpital pourraient expliquer l'absence d'avantages de cette approche. Ainsi, la survie à J28 d’un blessé en choc hémorragique ne dépend pas uniquement de l’administration ou non de plasma précocement lors de la prise en charge pré-hospitalière, c’est aussi ce que sous-entend cette étude qui n’a pas, en milieu urbain, identifié l’absence de transfusion précoce de plasma comme étant une perte de chance pour le blessé… à condition que le super service des Urgences et de traumatologie ne soit pas trop pas distant du lieu de la blessure de plus de 23 minutes !

Dr Bernard-Alex Gaüzère

Référence
Moore HB et coll. : Plasma-first resuscitation to treat haemorrhagic shock during emergency ground transportation in an urban area : a randomised trial. Lancet 2018. Le 19 juillet 2018.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Quelle différence entre ambulanciers et médecins sur la randomisation ?

    Le 16 août 2018

    "les ambulanciers paramédicaux (et non des médecins) ont réparti de façon aléatoire "
    Qu'est-ce que cela apporte de préciser que ce ne sont pas des médecins ? Est-ce que cela change l'aléatoire d'une randomisation ? Les médecins ont-ils plus de pouvoir sur le hasard que la "plèbe" ambulancière ?

    Arnaud Bassez

Réagir à cet article