Plomb : faut-il mettre Paris en bouteille ?

Paris, le mardi 6 août 2019 – La mairie de Paris avait essuyé de nombreuses critiques après la révélation de probables dissimulations de sa part concernant la pollution au plomb provoquée par l’incendie de Notre-Dame de Paris le 15 avril dernier.

Désormais, la municipalité semble vouloir jouer la transparence.

Ainsi, vient-elle de publier les résultats des dernières analyses effectuées après un premier nettoyage « approfondi » dans les établissements scolaires et de faire un point sur le chantier de Notre-Dame, actuellement à l’arrêt sur décision préfectorale.

Notre-Dame sous cloche : on n’est pas contre, mais…

Le parvis de Notre-Dame (qui est sous la responsabilité directe de l’État) et les rues adjacentes font l’objet d’un traitement spécifique au regard des fortes concentrations en plomb qui y ont été mesurées.

L’État promet que les travaux de dépollution commenceront dès le 7 août et se poursuivront au moins jusqu’au 12 août. À l’issue de ces travaux, de nouveaux prélèvements seront réalisés pour évaluer leur efficacité.

Des restrictions et des mesures bien insuffisantes pour un collectif emmené par la CGT qui demande de confiner le chantier de Notre-Dame « dans sa globalité » pour « enrayer la contamination », d’obtenir « une cartographie précise et rigoureuse (…) pour suivre l’évolution de la pollution » et de créer « à l’Hôtel-Dieu » un centre de suivi clinique, psychologique et social spécialisé rassemblant « en un seul lieu » toutes les données concernant la pollution au plomb.

Mais cette proposition a fait long feu. Mettre Notre-Dame « sous cloche » « on est pas contre » mais « mettre une énorme cloche autour de Notre-Dame afin de créer une zone de dépression pour éviter l'exfiltration de poussière, chacun comprend que, du point de vue technique et financier, c'est une décision qui est incroyablement complexe à mettre en œuvre » a déclaré Emmanuel Grégoire, adjoint de la mairie de Paris sur LCI.

On respire mieux dans les écoles

Parallèlement aux questions concernant le chantier de la cathédrale et les rues adjacentes, l’attitude de la municipalité et de l’Agence régionale de santé (ARS) Ile de France avait particulièrement scandalisé en ce qui concerne les écoles. Sur ce point, la mairie assure désormais que « dans le cas d’un prélèvement isolé à un niveau supérieur à 70µg/m² (…) le lieu concerné fait l’objet d’un traitement ad hoc et d’une nouvelle mesure avant ouverture ».

A l’heure actuelle, les écoles élémentaires de la rue Saint André des Arts (6ème arrondissement), de la rue Saint Benoit et de la rue de Verneuil (7ème) présentent encore, dans les cours de recréation, des taux élevés de plombs, supérieurs à 1000 microgrammes/m² et ces établissement ne rouvriront pas à la rentrée si le problème n’est pas résolu jure-t-on à l’Hôtel de ville.

Enfin, dans quatre autres on attend toujours de nouveaux prélèvements qui n’ont pas encore été réalisés mais sont programmés.

On relèvera encore que les domiciles des assistants maternels ont été analysés : aucune anomalie n’a été décelée.

Les parents concernés par ces prélèvements devraient être informés par courrier par la Ville « quel qu’en soit le résultat ».

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Ils veulent refaire le coup de l’amiante ?

    Le 07 août 2019

    Le 15 avril devant ma télé j’ai immédiatement pensé « plomb », et je suis étonné de la lenteur de réaction des médias. Maintenant que le lièvre est levé on a les classiques réactions excessives, de ceux qui paniquent vraiment et de ceux qui voudraient en tirer profit.
    A-t-on des mesures de l’époque oû les voitures roulaient à l’essence au plomb tétraéthyle ?
    Le chiffre de 1 milligramme par mètre carré (horizontal je suppose) ne m’affole pas, les enfants ne lèchent pas la cour de l’école, ça se nettoiera.
    Quant au chantier, vu le tonnage de plomb qu’il va falloir ramasser, il suffit que les méthodes de prévention soient appliquées et que le suivi médical du travail soit assidu.
    Et on la refait en quoi la nouvelle future toiture ?

    Dr Jean-Marie Malby

  • Stop au complotisme

    Le 07 août 2019

    Robin des bois a porté plainte ; Robin des bois prenait aux riches pour donner aux pauvres et maintenant il prends peu de choses du royaume des soi-disant nantis (Macron, Buzyn) pour ne donner que bien peu. Le problème du plomb sera géré comme il se doit. Point de complot sauf pour les pauvres d’esprit. Peut-on envisager la gestion d’un problème sans vision de conspiration, de complotisme ?

    Dr P. Eck

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.