Plus mauvais pronostic des bactériémies à streptocoques A en cas de déficit immunitaire…

Les bactériémies sont la manifestation la plus courante des infections invasives par les streptocoques du groupe A. L’objectif de l’étude de KA Linder et coll. a été d’évaluer l’impact de l’immunosuppression sur la gravité de cette maladie et son pronostic.

A cette fin, il a été réalisé une revue rétrospective (de janvier 2003 à mars 2013) de 148 cas d’infections de ce type, caractérisées par au moins une hémoculture positive à Streptococcus pyogenes. Deux groupes ont été comparés quant à la mortalité et aux complications graves : l’un constitué de 25 patients (17 %) ayant un déficit immunitaire, l’autre de patients sans anomalies de ce type (n = 123, 83 %).

Des infections de la peau et des tissus mous ont été constatées chez 60 % des patients du premier groupe (versus 38 % dans l’autre groupe, p=0,04). La fasciite nécrosante et le choc septique ont été plus fréquents en cas de troubles immunitaires (respectivement p < 0,0001 et p = 0,028). La même tendance a été observée pour la mortalité globale, soit 32 % versus 16 % (p=0,05).

Au total, en cas de bactériémie à streptocoque du groupe A, les déficits immunitaires exposent non seulement aux complications sévères qui sont plus fréquentes, notamment la fasciite nécrosante et le choc septique, mais aussi à une augmentation de la mortalité à 30 jours.

Dr Philippe Tellier

Référence
Linder KA et coll. Effect of underlying immune compromise on the manifestations and outcomes of group A streptococcal bacteremia. J Infect 2017 ; 74 : 450-455.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article