Polémique sur l’homéopathie : on en reprend pour deux siècles ?

Paris, le vendredi 22 juin 2018 - Quelques doux rêveurs espéraient que l’avis, publié en début de semaine, par l’Ordre des médecins sur l’homéopathie allait clore les débats sur ce sujet. Loin de là, on constate que la polémique née alors que « Napoléon ne pointait pas encore sous Bonaparte », connaît un sursaut de vitalité et demeure, en dépit de sa longévité, promise à un bel avenir.

Si, médecin homéopathe, ça existe ! 

Rappelons que dans son communiqué de mardi, le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) affirmait que l’homéopathie ne peut être considérée que comme une médecine complémentaire (et non une médecine alternative), que son efficacité n’est pas scientifiquement prouvée et que déontologiquement un praticien ne pouvait donc en vanter les mérites à ses patients. En conférence de presse, le Dr Jacques Lucas vice-président de l’institution enfonçait le clou en assénant : « médecin homéopathe, ça n’existe pas ! » et en suggérant nécessaire qu’une plaque ne puisse faire figurer une telle mention.

Sans surprise, le sang du Syndicat national des médecins homéopathes Français (SNMHF) n’a fait qu’un tour et il s’est fendu d’un texte rageur.

Dans celui-ci, l’organisation rappelle que ses membres « ont répondu aux critères du CNOM pour devenir spécialistes en médecine générale ou en toute autre spécialité. Ils exercent la médecine dans le respect des règles du code de déontologie médicale. Le médecin homéopathe est intégré dans l'organisation du système de soins français, en particulier dans le parcours de soins coordonné et dans le développement professionnel continu ».

Concernant l’absence de preuve d’efficacité de l’homéopathie rappelée par l’Ordre, le SNMHF met en avant (sans les citer) de « nombreuses publications scientifiques dans des revues référencées, à comité de lecture [qui] montrent que l’homéopathie a un effet supérieur au placebo ». Au total pour ces défenseurs des thèses d’Hahnemann, l’homéopathie « apporte une réponse efficace à la plupart des pathologies rencontrées au cabinet, en alternative ou en complémentarité des autres traitements médicaux auxquels elle ne s’oppose pas, et cela avec discernement ».

Soulignons que la CSMF s’est, elle aussi, indignée des propos de l’Ordre et a dénoncé « la mise au pilori de l’homéopathie et des médecins qui la pratiquent, ainsi que le manque de confraternité des propos tenus ».

A suivre…

Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (13)

  • Proverbe

    Le 22 juin 2018

    "l'Homme est aux pattes ce que l'Animal est aux jambes...".

  • Médecines alternatives, le courant ne passe plus

    Le 22 juin 2018

    "La médecine est un art dont la science n'est qu'un outil" écrivait Ganguilhem.
    Parasitée par les algorithmes, robotisée, la médecine des sciences se laisse instrumentaliser.

    La vraie médecine est d'abord la magie de la rencontre. La personnalité du patient, la sensibilité du médecin créent l'intime thérapeutique de la relation. Cette alchimie, qui échappe à toute rationalisation, est le ferment des soins autant que diagnostics accutes et traitements de pointe. Pour cette âme médicale, il n'est point d'algorithmes. L'intelligence artificielle est plus stupide que bête, ces bêtes qui peuvent manger du foin et pleurer la mort du maître.
    Avec tout le respect et l'estime que je te porte, mon très cher Jaques, il me semble que ta position est un poil trop tranchée.

    Dr Isabelle Gautier

  • Petites magouilles

    Le 22 juin 2018

    Simplement, revoyez l'historique (pas si ancienne que cela) de la "reconnaissance" de l'homéopathie.
    C'est politiquement assez semblable aux "petites magouilles" de nos jours actuels...(cf les génériques !).


    Dr Jean-Pierre Magne

Voir toutes les réactions (13)

Réagir à cet article