Pontages coronaires : l’insuffisance rénale est un puissant marqueur de risque de mortalité opératoire

Il est aujourd’hui bien admis que l’insuffisance rénale est un facteur de risque cardiovasculaire. Il existe de nombreuses grilles permettant d’évaluer le risque opératoire lié à un pontage coronarien. La plupart d’entre-elles intègrent une évaluation de la fonction rénale.

Le but de ce travail a été de chercher à savoir si le débit de filtration glomérulaire, estimé par la formule MDRD (simplified Modification of Diet in Renal Disease), est prédictive de la mortalité opératoire lors d’un pontage coronaire.
Pour ce faire, les données de 121 centres californiens rassemblant un total de près de 38 000 patients ayant bénéficié d’un pontage coronarien entre 2003 et 2004 ont été revues rétrospectivement (n : 37 735).

Le groupe contrôle était constitué de patients ayant un débit de filtration glomérulaire (DFG) ≥ 60 ml/min/1,73 m2 (insuffisance rénale de stade 1 et 2, n : 27 132 [71,9 %]).
La mortalité opératoire de ces patients ayant une insuffisance rénale légère à modérée a été comparée à celle des malades ayant une atteinte rénale plus sévère (stade 3 [DFG entre 30 et 59], n : 8 861 [23,5 %] ; stade 4 [DFG entre 15 et 29], n : 669 [1,8 %] ; stade 5 [DFG < 15 ou dialyse, n : 1 073 [2,8 %]). La mortalité opératoire était définie par les décès survenant lors de l’hospitalisation initiale justifiée par le pontage (toutes durées confondues) ainsi que par les décès survenus dans les 30 jours après le geste (tous lieux confondus).

Les analyses multivariées ont indiqué que le DFG, ainsi que le stade d’insuffisance rénale, étaient indépendamment corrélés à la mortalité opératoire.
Ainsi, par rapport aux patients du groupe contrôle, les malades ayant une insuffisance rénale de stade 3 avaient un risque de mortalité opératoire majoré de près de 20 % (risque relatif [RR] : 1,18 ; p : 0,0374). Le risque était en revanche plus que doublé en cas d’insuffisance rénale de stade 4 (RR : 2,23 ; p < 0.0001) et il était quadruplé en cas de stade 5 (RR : 4,39 ; p < 0,0001).

Les auteurs de cette étude en concluent que l’insuffisance rénale est un puissant marqueur de risque de mortalité opératoire après revascularisation coronaire par pontage. Ils estiment que l’évaluation de la fonction rénale par la formule MDRD est valable pour apprécier le risque opératoire lié à l’insuffisance rénale.

Dr Olivier Meillard

Références
Yeo KK et coll. : Severity of chronic kidney disease as a risk factor for operative mortality in non emergent patients in the California coronary artery bypass graft surgery outcomes reporting program
Am J Cardiol 2008;101:1269-74

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.