Pour la préservation des nerfs pelviens au cours de l’hystérectomie

L’hystérectomie radicale est actuellement l’un des traitements standard du cancer du col utérin au stade précoce. Elle peut toutefois avoir pour conséquences des dysfonctionnements urinaires, rectaux et sexuels, affectant sévèrement la qualité de vie. L’amélioration de celle-ci, sans compromettre le pronostic oncologique, fait depuis plusieurs années l’objet de nombreux travaux. C’est ainsi qu’a été mise au point l’hystérectomie radicale avec préservation des nerfs pelviens. Les bénéfices de cette technique ne sont toutefois pas encore parfaitement établis.

Une récente publication apporte quelques éléments de réponse. Il s’agit d’une méta-analyse réalisée sur 13 essais randomisés contrôlés et incluant plus de 1 000 patientes. Les essais retenus comparent l’hystérectomie radicale avec ou sans préservation des nerfs pour le traitement du cancer du col de l’utérus.

Récupération plus rapide

Sans surprise, la durée de l’intervention est plus longue quand il s’agit d’une hystérectomie avec préservation des nerfs. Cette dernière se traduit toutefois par un avantage non négligeable en postopératoire, qui est une réduction significative du temps de récupération de la fonction intestinale et du délai nécessaire pour le retrait de la sonde urinaire. En revanche, il n’apparaît pas de différence significative en ce qui concerne le volume des pertes sanguines, la longueur de résection des tissus péri-utérins et de l’excision vaginale, non plus que l’incidence d’évènements indésirables pendant l’intervention.

Pour les auteurs, le bénéfice d’une récupération plus rapide après l’hystérectomie avec préservation des nerfs justifie à lui seul tout l’intérêt porté à cette technique. Son impact éventuel sur le taux de survie et le risque de récidive fait l’objet d’autres travaux.  

Dr Roseline Péluchon

Références
Ma L et coll. : Laparoscopic nerve-sparing radical hysterectomy for the treatment of cervical cancer: a meta-analysis of randomized controlled trials. World J Surg Onc ., 2021; 19:301. doi.org/10.1186/s12957-021-02408-x

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article