Pour une intégration des parents dans la recherche clinique en néonatologie

Si la participation des parents aux soins s’est développée en néonatologie, leur implication dans la recherche se limite habituellement à autoriser ou non l’enrôlement de leurs enfants dans des essais cliniques. Pour des chercheurs de l’hôpital Sainte-Justine de Montréal (Canada), les parents d’anciens patients hospitalisés en Unité de Soins Intensifs Néonatale [USIN], devraient être intégrés à la recherche en néonatalogie en tant que « parents-ressources ».

Bien qu’ils soient les premiers intéressés, les parents sont peu consultés pour fixer les priorités de la recherche chez les enfants. L’initiative de la James Lind Alliance a abouti à créer une liste de priorités pour la recherche sur la prématurité avec des parents parmi les parties prenantes.

Les parents-ressources pourraient intervenir à tous les stades des essais cliniques, de l’élaboration des protocoles à l’analyse et à la présentation des résultats.

Les critères de jugement des essais devraient toujours faire sens pour les parents, mais les objectifs des chercheurs et les préoccupations des parents divergent fréquemment. Les critères composites, utilisés dans les essais sur le pronostic de la grande prématurité, posent problème.

Par exemple, le critère « décès ou dysplasie pulmonaire (à 36 sem.) » agrège deux évolutions opposées : le décès ou la survie avec dysplasie, dans l’espoir d’augmenter la puissance des essais, au lieu de considérer successivement la mortalité et la dysplasie chez les survivants.

L’atteinte neuro-développementale d’un ex-prématuré, qui regroupe la paralysie cérébrale, la surdité, la cécité et/ou le retard mental, peut être qualifiée différemment de légère, modérée ou sévère, par les chercheurs et par les parents. Les troubles du comportement, les difficultés d’alimentation, le retard de croissance, très importants aux yeux des parents, figurent rarement parmi les critères de jugement retenus. Le projet COIN (Core Outcomes In Neonatology) a établi une liste de critères de jugement destinée à la recherche en néonatologie, avec le concours de parents ; il compte des parents et d’anciens patients d’USIN au sein de son comité de pilotage.

Les aspects éthiques de la recherche impliquent les parents. Les comités d’éthique qui examinent les projets d’essais doivent comprendre des non-médecins. Les parents, notamment ceux qui ont perdu un bébé, n’exigent pas toujours la confidentialité. Le recueil du consentement éclairé par le médecin qui traite l’enfant est souvent préféré par les parents, contrairement à l’idée qu’il ne doit être fait ni par un soignant ni par l’investigateur principal. La rédaction des formulaires de consentement en concertation avec les parents permet de les rendre plus courts et plus compréhensibles. Il en va de même pour les documents d’information sur les essais. Une page web, un site web interactif, une vidéo de présentation peuvent s’avérer très efficaces comme moyens d’information et faciliter le recrutement.

Les auteurs vont plus loin. Ils pensent que les parents-ressources peuvent participer à l’élaboration des protocoles, au monitorage des essais et, éventuellement, aux décisions d’arrêt en cours d’essai, à l’analyse des données et à la présentation des résultats, ainsi qu’à la traduction des résultats dans la pratique clinique. Ils reconnaissent, toutefois, que certaines étapes de la recherche nécessitent une formation des parents-ressources.

Forts de leur expérience à l’hôpital Sainte-Justine, ils proposent la création d’équipes de partenariat avec les familles et de banques de parents-ressources.

Aux USIN qui souhaiteraient s’engager dans la voie de l’intégration des parents dans la recherche clinique, ils prodiguent quelques recommandations :
- prendre contact avec les USIN qui ont déjà une expérience dans le domaine pour créer une équipe avec des parents-ressources,
- commencer modestement,
- préparer l’équipe et clarifier les rôles de chacune de ses composantes,
- obtenir un retour de la part des chercheurs et des parents-ressources,
- documenter et mesurer l’impact de l’intégration des parents-ressources sur la recherche,
- créer une communauté avec d’autres unités.

Il ne paraît pas utopique de penser que, après les soins, le rôle des parents dans la recherche en néonatologie va s’étoffer dans les prochaines années.

Dr Jean-Marc Retbi

Référence
Janvier A et coll.: Integrating parents in neonatal and pediatric research. Neonatology 2019 ; 115 : 283-291.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article