Premiers résultats d’EPIGELF, le registre prospectif du SPLF sur l’endoscopie bronchique interventionnelle

En France, il n’existait pas de registre prospectif d’activité et de morbi-mortalité en rapport avec l’endoscopie bronchique interventionnelle, qu’il s’agisse d’acte à visée diagnostique ou thérapeutique. EPIGELF a donc été lancé au CPLF 2019 pour recueillir les données issues de la pneumologie interventionnelle du GELF (Groupe d’Endoscopie de Langue Française, groupe de travail de la SPLF) avec, dans un premier temps, les gestes de bronchoscopie rigide dans le cancer. D’autres thématiques viendront ensuite comme les valves dans l’emphysème, les cryobiopsies et ensuite l’exploration échographique médiastinale, pleurale ou pulmonaire. Cette base, construite avec le registre EPITHOR des chirurgiens thoraciques pour modèle, et avec la société Novatech pour partenaire institutionnel, a un accès individuel, confidentiel et sécurisé.

Son objectif est d’améliorer les pratiques professionnelles en rapport avec les techniques d’endoscopies bronchiques interventionnelles, de mieux définir la place des techniques d’endoscopie bronchique interventionnelle dans le parcours des soins des patients, de constituer un outil de re-certification pour les praticiens adhérents, d’asseoir la reconnaissance administrative, juridique et ordinale de l’endoscopie bronchique interventionnelle et donc défendre la pneumologie, et enfin, de constituer une base de données fiable pour les travaux de publications scientifiques.

Une première salve de résultats

Les premiers résultats, présentés par Jean-Michel Vergnon (St-Etienne) montrent que 677 patients ont été inclus à ce jour avec une forte représentation marseillaise, toulousaine et de l’hôpital Foch (la majorité des centres français ayant par ailleurs contribué à étoffer ce registre, à des niveaux divers).

L’analyse présentée ici porte sur les inclusions de 11 mois, soit 635 patients dont 598 ont pu être analysés. Il s’agit de 2/3 d’hommes (une proportion qui augmente avec l’âge) appartenant surtout à la tranche d’âge des 60-79 ans et dont 48,7 % (soit 291) ont reçu une prothèse. Ces patients qui souffraient de tumeurs pulmonaires centrales de tous types étaient le plus souvent limités dans leurs activités et avaient le plus souvent une tumeur épidermoïde (les tumeurs carcinoïdes étant plus fréquentes dans la population jeune). Lorsqu’un tabagisme était noté, son taux diminuait avec l’âge, témoignant clairement du fait que le cancer bronchopulmonaire est plus un cancer de l’ex-fumeur que du fumeur actif. Enfin, les tumeurs extra thoraciques se retrouvaient plus fréquemment chez les patients les plus âgés.

Près de la moitié des patients inclus n’avaient jamais reçu de traitement au moment de l’endoscopie interventionnelle (la proportion de récidivistes étant relativement faible). Par ailleurs, un peu plus de 25 % des gestes réalisés étaient une désobstruction simple tandis que, pour 45 % des patients environ, il s’agissait d’une désobstruction accompagnée d’un autre geste (cryothérapie, thermothérapie, laser). La pose de prothèse a été le seul geste endoscopique réalisé chez près de 20 % des patients.

Le nombre de prothèses posées a été assez important, essentiellement en silicone ou autoexpansive couverte et souvent associés à une désobstruction.

Le nombre de jours d’hospitalisation a été en moyenne de 4 jours, quelle que soit la tranche d’âge (un peu plus courte pour le plus jeunes).

Enfin, les endoscopistes ont jugé que leur geste avait été un succès total dans 69,7 % des cas (partiel dans 23,2 % des cas). Côté malade, 96,2 % ont décrit une amélioration de leur dyspnée avec un score médian de dyspnée qui passait de 5,47 à 1,72. Par ailleurs, 85,1 % n’ont présenté aucune complication. Quant aux complications, elles étaient le plus souvent de grade I ou II. Au total, 5 décès (soit 0,8 % de la population) ont été rapportés.

Dr Dominique-Jean Bouilliez

Référence
Vergnon J-M : Epigelf. Session Actualités au 24ème Congrès de Pneumologie de Langue Française. (Paris) : 24-26 janvier 2020.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article