Prise en charge des diabétiques de type 2 : la coopération médecins/infirmières est payante

Paris, le mardi 9 décembre 2008 – S’il faudra attendre encore quelques mois pour savoir si la loi Hopital patients santé territoire (HPST) portée par Roselyne Bachelot sera un réel moteur du développement des coopérations entre professionnels de santé, une étude menée par l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (IRDES), publiée en novembre, tend à confirmer l’efficacité de ces collaborations actives entre médecins et infirmières.

Le dispositif ASALEE (Action de Santé Libérale en Equipe) a été mis en place en 2004 dans le département des Deux Sèvres. Il s’agit pour les infirmières salariées de l’association d’intervenir dans deux ou trois cabinets de médecins généralistes, afin d’assurer dans certains cas spécifiques les consultations d’éducation thérapeutique, ou de procéder au dépistage de facteurs de risque ou encore de participer aux campagnes de dépistage collectif. Concernant initialement trois cabinets (associant douze médecins généralistes) dans lesquels intervenaient trois infirmières, ASALEE emploie désormais huit infirmières partagées dans 18 cabinets (soit 41 omnipraticiens).

Les enjeux de l’étude

Afin d’évaluer l’efficacité d’ASALEE, les chercheurs de l’IRDES se sont concentrés sur la question particulière de la prise en charge des patients diabétiques de type 2. Dans ce domaine, les infirmières de l’association assurent d’une part « la gestion des données et la mise en place de rappels informatiques » à destination des praticiens et d’autre part, après proposition du médecin au patient, une consultation d’éducation thérapeutique, qui concerne de fait 44 % des patients. Afin de déterminer les avantages d’un dispositif tel qu’ASALEE par rapport à un suivi classique, les experts de l’IRDES ont non seulement analysé la prise en charge des malades dans le temps (au cours de deux années consécutives) mais l’ont également comparée à celle d’autres patients. Par ailleurs, leurs principaux critères d’évaluation auront été l’équilibre glycémique marqué par le taux d’HbA1c et le nombre d’examens de contrôles réalisés en se référant aux recommandations de la Haute autorité de santé (HAS). L’IRDES aura complété cette analyse d’une évaluation des coûts.

La consultation d’éducation thérapeutique ça paye !

Il apparaît que la consultation d’éducation thérapeutique réalisée par les infirmières a une incidence très nette sur l’état de santé des patients « ASALEE » (838 malades). Ainsi, les auteurs ont tout d’abord pu observer que « la probabilité d’avoir une valeur d’HbA1c maintenue ou ramenée à 8 % ou moins sur un an est 1,8 fois plus importante pour les patients diabétiques de type 2 dans le groupe ASALEE que pour ceux du groupe témoin (1 018 assurés des Deux-Sèvres, ndrl) (…). Néanmoins, si l’on se réfère à un (…) seuil d’Hba1c (…) de 7 %, voire de 6,5 %, nous n’observons plus de différences significatives entre les deux groupes ». La donne change significativement quand on ne s’intéresse qu’aux seuls patients du groupe ASALEE ayant bénéficié d’une consultation d’éducation thérapeutique. « Nous constatons (…) que la plus forte probabilité d’avoir une valeur d’HbA1c maintenue ou ramenée à 8 % au moins sur un an ne concerne significativement que les patients ayant eu au moins une consultation d’éducation thérapeutique » indique l’IRDES qui ajoute : « Le résultat est robuste lorsqu’on se réfère à (…) un seuil d’HbA1c ramené à 7 % ou 6,5 % ».

Pas plus cher

Concernant les examens de contrôle, à l’exception du suivi ophtalmologique, les patients inclus dans le groupe ASALEE étaient plus souvent en adéquation avec les recommandations que les « malades témoins du département des Deux-Sèvres ». A titre d’exemple, la fréquence de contrôle de la micro-albuminurie était 6,8 fois plus satisfaisante chez les malades bénéficiant du dispositif ASALEE par rapport aux autres. Il apparaît une fois encore que l’observation est particulièrement vérifiée chez les malades ayant bénéficié d’une consultation d’éducation thérapeutique. Enfin, les auteurs affirment que « les dépenses des patients ASALEE sont équivalentes à celles des patients du groupe témoin » et ce même après ajustement du « surcoût observé de l’intervention ASALEE, soit 60 euros par patient diabétique de type 2 ». A l’exception de certains biais, liés notamment à l’engagement tout particulier des professionnels de santé inclus dans le dispositif ou encore au fait que l’évaluation des résultats ne concernent pas l’ensemble des « patients ASALEE » (pour des raisons d’appariement au groupe témoin), cette étude semble démontrer les atouts d’une coopération entre professionnels de santé libéraux pour la prise en charge d’affections chroniques. Les auteurs ne disent par ailleurs rien du temps gagné pour les praticiens grâce à la collaboration active des infirmières.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • L'art d'enfoncer des portes ouvertes ?

    Le 10 décembre 2008

    Je suis infirmière libérale, ce genre d'article me fait bondir. L'utilité de notre coopération avec les médecins traitants est elle si peu évidente qu'il faille financer des études pour la mesurer ? Personne à part moi n'aurait-il l'impression que c'est enfoncer des portes ouvertes ? Ou sommes nous à ce point dépendants (ou nos politiques) des études randomisées pour mettre en oeuvre une organisation qui ne parait que trop évidente et nécessaire ? Quand la consultation infirmière sera t-elle reconnue autrement que de manière confidentielle ? C'est bien temps de reconnaitre que nous ne sommes pas que des techniciennes appliquant des prescriptions...

    Celine Bouillot


  • Expèrience AZALEE

    Le 15 décembre 2008

    Tout à fait ok avec ma collègue.
    A quand la consultation IDE reconnue et rémunérée ? J'assure le suivi des patients diabétiques qui sont confiés à mes soins, mais j'aimerais avoir plus de temps pour les "éduquer " ainsi que pour les aider à bien se prendre en charge. Je ne suis pas la secrétaire du médecin pour lui rappeler les consultations de spécialistes ni même pour prendre les RDV (un bon ordinateur et un logiciel adapté ferait de même!). De plus notre travail est complémentaire et le but essentiel du jeu est bien d'assurer une meilleure prise en charge du patient et non pas de faire gagner du temps au médecin en salariant "des petites mains". Allons nous revenir à la secrétaire qui à l'occasion servira d'aide opératoire et entre ces 2 activités organisera quelques réceptions ! Nous sommes aussi capables de mener une réflexion intellectuelle bien que le projet LMD ne semble pas trouver appui auprès des politiques et de nos ministères de tutelle.

    Josiane Autret

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.