Pronostic défavorable à court et long terme pour la myocardite fulminante

La myocardite fulminante est une forme de myocardite aiguë caractérisée par une dysfonction systolique sévère du ventricule gauche nécessitant le recours aux inotropes/assistance circulatoire. En contraste, la myocardite aigue non fulminante est caractérisée par une dysfonction systolique du ventricule gauche associée à un état hémodynamique stable par ailleurs.

Il se trouve qu’une publication issue d’un seul centre a signalé que, paradoxalement, les patients qui présentaient une myocardite fulminante avaient un meilleur pronostic que les patients présentant une myocardite aiguë non fulminante.

Ammirati et coll. ont tenté de savoir ce qu’il en était et ont essayé de déterminer si une stratification basée sur les principaux sous-types histologique de l’affection pouvait fournir des informations pronostiques complémentaires.

L’étude rétrospective a concerné 220 patients (âge moyen : 42 ans ; femmes : 46,3 %) inclus dans un registre international tenu par 16 hôpitaux tertiaires aux États-Unis, en Europe et au Japon. Tous les patients avaient : une myocardite aiguë prouvée à l’histologie, des symptômes apparus depuis moins de 30 jours et une dysfonction systolique du ventricule gauche.

Le critère principal était un décès d’origine cardiaque ou une transplantation cardiaque dans les 60 jours suivant l’admission et au terme d’un suivi de 7 ans.

Comparés aux patients qui avaient une myocardite aiguë non fulminante (n = 55), les patients qui avaient une myocardite fulminante (n = 165) ont été victimes d’un nombre significativement plus élevé de décès d’origine cardiaque et ont eu davantage de transplantations cardiaques, tout à la fois dans les 60 jours suivant l’admission à l’hôpital (28,0 % vs 1,8 % ; p = 0,0001) et au terme d’un suivi de 7 ans (47,7 % vs 10,4 % ; p < 0,0001).

Influence du sous-type histologique

En analyse multivariée de Cox, le sous-type histologique de la myocardite fulminante a émergé comme étant une variable capable d’affecter le pronostic ; c’est ainsi que les myocardites à cellules géantes avaient un pronostic significativement plus défavorables que les myocardites à éosinophiles ou à lymphocytes.

Dans une sous-analyse prenant seulement en compte les patients adultes qui avaient une myocardite à lymphocytes, il a été noté que les événements du critère principal étaient survenus plus souvent en cas de myocardite fulminante qu’en cas de myocardite aiguë non fulminante, et ce tant à 60 jours (19,5 % vs 0 % ; p = 0,005) qu’à la 7e année de suivi (41,4 % vs 3,1 % ; p = 0,0004).

Les données de ce registre international montrent donc bien que la myocardite fulminante expose à un taux plus élevé de décès d’origine cardiaque et de transplantations cardiaques que la myocardite aiguë non fulminante et ce, tant à court qu’à long terme. De plus, il apparait que les sous-types histologiques de myocardite fulminante ont une valeur pronostique indépendante ce qui souligne l’importance de pouvoir disposer des données d’une biopsie endomyocardique.

Dr Robert Haïat

Référence
Ammirati E et coll. : Fulminant Versus Acute Non fulminant Myocarditis in Patients With Left Ventricular Systolic Dysfunction. J Am Coll Cardiol., 2019; 74: 299–311.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article