Pubs anti-tabac

Lieu de perdition pour les ligues de vertu, ou symbole de la convivialité pour les autres, les pubs sont en passe de devenir un outil d'études épidémiologiques.

Le 29 mars 2004, une loi de la République d'Irlande, prohibait totalement la consommation de tabac dans les pubs, tandis qu'en Irlande du Nord, la législation de sa gracieuse majesté autorisant encore la cigarette dans les bars restait en vigueur. Une équipe d'épidémiologistes irlandais (du Sud comme du Nord) a profité de cette randomisation involontaire pour initier une étude longitudinale sur les effets de la loi anti-tabac sur les barmans de la République d'Irlande.

158 barmen non fumeurs travaillant au Nord et au Sud de la frontière ont été recrutés et suivis durant un an, avant et après la mise en application de la loi promulguée au Sud.

Comme le souhaitait la loi, le nombre d'heures d'exposition au tabagisme passif au travail par semaine est passé de 40 heures à 0 au Sud et est resté stable au Nord (42 à 40 heures). Plus intéressant, l'exposition au tabagisme passif a aussi diminué en dehors du travail en République d'Irlande (ce qui laisse supposer une baisse de la consommation totale de tabac). La traduction biologique de cette amélioration de l'environnement des barmen a été une baisse de leur taux de cotinine salivaire de 80 % (contre une diminution modeste de 20 % au Nord). Enfin, et peut-être surtout, la fréquence des symptômes respiratoires (toux, expectoration, wheezing...) et des signes d'irritation liés à l'exposition au tabac (oeil rouge, écoulement nasal, maux de gorge) a diminué de façon très significative au Sud (65 et 67 % avant la loi puis 49 et 45 % après la loi) et est restée inchangée au Nord.

A court terme, la prohibition du tabac dans les pubs améliore donc significativement la santé du personnel de ces établissements. Compte tenu des longues heures qu'y passe une large part de la population irlandaise, cette mesure doit également avoir des effets positifs sur la santé de la population générale adulte tant chez les fumeurs (qui diminuent leur propre consommation) que chez les non fumeurs.

Dr Céline Dupin


Allwright S et coll. : « Legislation for smoke-free workplaces and health of bar workers in Ireland : before and after study. » Br Med J 2005 ; publication avancée en ligne le 17 octobre 2005. © Copyright 2005 http://www.jim.fr

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article