Quand l’ASCO met les politiciens devant leurs responsabilités

« Caring for Every Patient, Learning From Every Patient »  (Traiter chaque patient, apprendre de chaque patient), thème central du congrès annuel de l’ASCO cette année, s’est décliné notamment par la présentation en session plénière d’une étude américaine qui fait état d’une réduction significative et importante des disparités de prise en charge entre blancs et afro-américains avec la signature du ‘Affordable Care Act’ (Acte pour des Soins Abordables) qui assure aux personnes aux revenus les plus faibles une assistance médicale par Medicaid (1). Pour arriver à ces conclusions, les auteurs ont parcouru les données électroniques de santé de 30 386 patients porteurs d’une tumeur solide métastatique ou de stade avancé (bronchique non à petites cellules, sein, urothélium, estomac/œsophage, côlon, rectum, rein, prostate, mélanome). Les résultats montrent que les Afro-Américains sont ceux qui ont vu, depuis la signature de cet Acte, le plus grand taux d’amélioration de prise en charge de leur cancer dans les 30 jours qui suivent le diagnostic. « De nombreuses études ont décrit les disparités raciales qui existent dans les soins du cancer, mais peu ont montré quels types d’interventions améliorent l’équité en santé. Nous avons à présent la preuve que Medicaid peut atténuer certaines disparités de santé », a souligné Amy Davidoff qui conduisait l’étude (1). Pour rappel, deux des éléments clés de cet Acte signé par Barak Obama en 2010, ont été d’accorder aux États la permission d’élargir la couverture Medicaid à plus de personnes et de fournir des subventions aux patients en difficulté financière pour leur permettre de se payer une assurance privée si elles ne sont pas admissibles au programme Medicaid.

D’autres études ont évalué les disparités en santé. Ainsi, un travail portant sur le cancer de l’ovaire a montré que le même Affordable Care Act a permis un diagnostic de cancer de l’ovaire plus précoce chez nombre de femmes, diagnostic précoce leur permettant un traitement plus précoce (généralement dans les 30 jours qui suivent le diagnostic)(2). « Détecter et traiter le cancer de l'ovaire à un stade précoce sauve des vies et réduit les coûts des soins de santé par rapport au traitement du cancer à un stade plus avancé et incurable » a insisté Anna Jo Smith, gynécologue au Johns Hopkins de Baltimore et auteure principale de l'étude. « Avoir une assurance maladie joue un rôle majeur dans le fait qu'une femme ait ou non accès à des prestataires de soins qui peuvent surveiller les symptômes et agir sur ces symptômes si nécessaire. »

Enfin, une étude présentée par Kamel Chamoun a analysé les données de la National Cancer Database qui regroupe près de 70 % des patients souffrant d’un cancer aux États-Unis et sélectionné les patients souffrant d’un myélome (soit 117 926 personnes dont le diagnostic a été posé entre 2005 et 2014). Cette affection a été choisie car elle ne nécessite que des traitements par voie orale (3). « Or, les prix des médicaments oraux contre le cancer ont rapidement augmenté, en particulier pour les patients et les survivants de myélome multiple, majorant ainsi le risque d’une disparité de traitement pour les personnes aux revenus inférieurs », remarquent les auteurs qui ont constaté ensuite que lorsque les patients reçoivent le traitement dans un centre tertiaire*, ils ont une probabilité de survie de 49 % plus élevée.

Par ailleurs, les personnes vivant dans une zone où les revenus moyens dépassent 46 000 USD par an ont une probabilité 16 % plus élevée de survivre tandis que les personnes ayant une assurance privée ont une probabilité de survie de 59 % plus élevée que celles qui étaient assurées par Medicaid et 62 % plus élevée que celles qui n’avaient pas d’assurance. Enfin, le score de morbidité compte également, au même titre que la distance séparant les malades de leur institution de soins.

Toutes ces données concernent les États-Unis bien sûr, mais nombre de ces constatations sont applicables en Europe et dans notre pays. Une leçon pour nos politiciens ?

Dr Dominique-Jean Bouilliez

Références
1. Adamson B et coll.: Affordable Care Act (ACA) Medicaid expansion impact on racial disparities in time to cancer treatment.
2. Smith A et coll.: Impact of the Affordable Care Act on early-stage diagnosis and treatment for women with ovarian cancer.
3. Chamoun K et coll.: Insurance status and survival of multiple myeloma (MM) patients. Abstract#LBA107.
centre tertiare.

*un centre tertiaire est habituellement affilié à une université, et destiné aux patients atteints de problèmes de santé graves, complexes ou rares.

Meeting annuel de l’ASCO (American Society of Clinical Oncology)(Chicago): 31 mai au 4 juin 2019.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article