Quel pronostic d’une CRP élevée au décours d’une hospitalisation pour insuffisance cardiaque aiguë ?

La CRP (C-reactive protein) est le marqueur le plus utile, bien que non spécifique, de l’inflammation.

L’inflammation est un facteur qui contribue de façon importante à la survenue d’une insuffisance cardiaque et, en cas d’insuffisance cardiaque aiguë, des taux de CRP franchement élevés à l’admission du patient à l’hôpital se trouvent associés à une mortalité plus élevée à court terme.

Mais quelle est la valeur pronostique des taux de CRP mesurés, non pas à l’entrée du patient, mais au décours immédiat d’une hospitalisation pour insuffisance cardiaque aiguë ?

On l’ignorait jusqu’alors.

Y Minami et coll. ont tenté de le savoir en menant l’étude ATTEND (acute decompensated heart failure syndromes study) qui a inclus de façon prospective 4 269 patients hospitalisés pour une insuffisance cardiaque aiguë et chez lesquels on disposait d’un taux de CRP mesuré au moment de leur sortie de l’hôpital.

Les taux de CRP ont été classés en 4 quartiles : 1er quartile (CRP ≤ 1,1 mg/l) ; 2e quartile (CRP comprise entre 1,2 et 3,1 mg/l) ; 3e quartile (CRP comprise entre 3,2 et 9,5 mg/l) ; 4e quartile (CRP ≥ 9,6 mg/l).

Le taux moyen de CRP de la population de patients étudiés était de 3,1 mg/l (1,1 à 9,5 mg/l).

Dans les 120 jours suivant la sortie du patient, seuls les taux de CRP les plus élevés, à savoir ceux du 4e quartile (≥ 9,6 mg/l) se sont trouvés associés de façon indépendante à une mortalité totale plus élevée (hazard ratio [HR] ajusté = 1,68). Cependant, ce risque (HR) associé au taux de CRP du 4e quartile diminue nettement avec le temps.

Après un suivi de 120 jours, les taux de CRP des 2e et 3e quartiles étaient, eux aussi, associés de façon indépendante à une moindre survie (HR ajustés respectifs : 1,41 et 1,63). Mais, seuls les taux de CRP situés dans le 3e quartile étaient associés de façon indépendante à la survenue, après le 120e jour, du critère composite associant mortalité totale et réhospitalisation (HR ajusté de 1,31).

En conclusion, ces résultats suggèrent qu’à la sortie d’une hospitalisation pour insuffisance cardiaque aiguë, une élévation même modeste (environ 3 à 10 mg/l) du taux de CRP a une implication pronostique défavorable sur le long terme.

Dr Robert Haïat

Référence
Minami Y et coll. : Effect of Elevated C-Reactive Protein Level at Discharge on Long-Term Outcome in Patients Hospitalized for Acute Heart Failure. Am J Cardiol 2018 ; 121 : 961–968.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article