Quelle éthique du vieillissement ?

Paris, le jeudi 17 mai 2018 – Alors que bien souvent, dans notre pays, le grand âge s’accompagne « de mise à l’écart, de prise en charge inadaptée, d’une souffrance des personnes elles-mêmes et de leurs accompagnants » comme le souligne le CCNE (Conseil consultatif national d’éthique), ce dernier s’est autosaisi pour traiter de l’épineuse question de l’aspect éthique de l’accompagnement du vieillissement et tenter de déterminer comment rendre la société davantage inclusive vis-à-vis des citoyens les plus âgés.

Dé-ghettoïser les EHPAD

Pour le CCNE l’institutionnalisation des personnes âgées dépendantes génère des situations indignes.

« En effet, bien que cette institutionnalisation forcée soit revendiquée au nom de principes de bienveillance et dans le but d’assurer la sécurité de ces personnes vulnérables, celle-ci se fait souvent sous la contrainte, faute d’alternative, et se joint en outre à l’obligation pour ces personnes de payer pour un hébergement qu’elles n’ont pas voulu » souligne le rapport.

Le CCNE propose aussi que soit « dé-ghettoïser » la vieillesse.  Il appelle ainsi à des politiques visant à promouvoir les alternatives à l’EHPAD, « voire à penser l’EHPAD hors l’EHPAD par le biais de constructions nouvelles à usage d’habitation, l’encouragement au développement de l’habitat intergénérationnel, d’habitations autogérées par les personnes âgées elles-mêmes »…

Où l’on reparle du cinquième risque

Pour le CCNE l’exclusion « de fait » des personnes âgées de la société renvoie à une « dénégation collective de ce que peut être la vieillesse, la fin de la vie et la mort » et  « pose de véritables problèmes éthiques, notamment en termes de respect dû aux personnes ». Au-delà de la question de l’hébergement, le CCNE suggère ainsi de mettre en place « des leviers qui permettraient à la société d’être plus inclusive vis-à-vis des personnes âgées », comme par exemple la création d’un cinquième risque de la sécurité sociale pour la dépendance ou l’évolution du droit du travail pour permettre, plus facilement, à un aidant d’accompagner une personne dépendante.

Mais le CCNE souligne aussi que le décloisonnement de la vieillesse ne se fera pas sans la prise de conscience qu’elle peut être un atout et que la Silver economy représente une opportunité pour la France.

Frédéric Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article