Quelle petite fille aurait pu figurer à la une du Time ?

Mérida, le samedi 21 décembre 2019 – Même si elle retient toute l’attention et qu’elle a même été décrétée personnalité de l’année par le célèbre Time, Greta Thunberg n’est pas la première enfant à affronter le regard des hommes politiques du monde entier. Sur le thème des désastres écologiques, d’autres avant elle ont pu s’illustrer à la tribune de l’ONU, tandis que sur de nombreux autres sujets, les députés du monde entier ont accepté de faire entrer dans leurs hémicycles des enfants savants. Démontrer que l’on est capable d’entendre la parole des plus jeunes (voire de s’extasier devant elle) semble même de plus en plus faire partie du travail de reconquête de l’opinion par les responsables politiques, qui n’ignorent pas combien leur discours est décrédibilisé et combien ils sont suspectés de manquer d’humanité.

Libre choix et responsabilité politique

Est-ce pour répondre à une telle logique que l’assemblée d’Estrémadure a accueillie dans son sein Elsa ? L’intervention de la petite fille au sein du parlement local de cette région d’Espagne a en tout cas suscité une large médiatisation, qui a dépassé les frontières du pays. Il faut dire que cette petite fille a évoqué un sujet de plus en plus fréquemment abordé, mais rarement par les enfants, le transsexualisme. L’enfant, née avec des attributs sexuels masculins, mais qui depuis toujours se considère comme une fille a voulu interpeller les élus sur la nécessité de ne pas imposer aux plus jeunes le sexe qui paraît leur être assigné. Elsa a insisté sur le fait que la position du monde politique est essentielle face au harcèlement et aux discriminations que subissent les transsexuels dans toutes les sphères de la société et notamment à l’école. La question du respect du choix était ainsi au cœur de son discours.

Faire parler les enfants : à double tranchant ?

L’âge et la sincérité affichés de la petite fille ont d’abord conduit à faire taire les polémiques habituelles sur ces sujets. Mais bientôt, l’exposition médiatique de l’enfant a été telle que ses parents ont été accusés de l’instrumentaliser. Des réactions qui une nouvelle fois invitent à s’interroger sur la pertinence, en effet, de faire jouer aux enfants, même si concernés, le rôle de porte-parole de causes si complexes et douloureuses. Les risques concernent en effet tout à la fois l’enfant mais aussi la portée du message : certaines expositions peuvent en effet entraîner des conséquences contre-productives.

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article