Quelles sont dans la vie réelle les complications de l’œsophagectomie ?

L’œsophagectomie (OGT), moyen de traitement essentiel du cancer de l’œsophage, est grevée d’une mortalité à 90 j qui dépasserait 12%. Quant au taux des complications, il varie, selon les sources, de 17 à 74%, du fait de l’hétérogénéité rencontrée dans leur définitions et la méthodologie de leur recueil. Cette hétérogénéité traduit l’échec de la communauté chirurgicale à mettre en musique la notion même de complications actualisées de court terme de l’OGT.

C’est dans ce but qu’a été créé en 2011 un groupe de consensus sur les complications œsophagiennes (GCCO) regroupant des chirurgiens de 14 pays, qui a rendu ses premières conclusions en 2015. Le GCCO a placé sur la toile un fichier informatique fort de toutes les données et éléments publiés auparavant. Les 24 centres participants se sont engagés à inclure toutes leurs OGT, à fournir de façon anonyme les données exhaustives et à souscrire à toutes les exigences du groupe. Des réunions ont ensuite été tenues pour examiner les thématiques spécifiques impliquées dans l’exécution du projet, une plate-forme conviviale devant encourager la participation sans nuire au caractère intégral des données fournies, après avoir vérifié que le cryptage de l’interface n’autorisait l’entrée que de données validées.

2704 OGT (2096 hommes) ont été inclues dans ce travail  dont 2585 pour cancer. La plastie a utilisé l’estomac dans 95 % des cas et les berges de section ont été trouvées indemnes dans 93 % des observations. Dans 30 % des dossiers il y a eu un traitement néo-adjuvant par chimiothérapie et dans 46 % des cas par radio-chimiothérapie , 21 % des patients étant traités par chirurgie seule et 3 % subissant une OGT de sauvetage après une radio-chimiothérapie inefficace.

Une mortalité à 3 mois de 4,5 %

Les complications ont touché 1595 opérés (59 %) et ont souvent (905) été multiples (plus de 4 complications chez 10 % des opérés). Les 2 plus fréquentes ont été les complications pulmonaires et la fibrillation auriculaire (14 % chacune). Les complications digestives sont dominées par la fistule anastomotique (11, 3 %), suivie par l’ischémie de la plastie (11 %), le chylothorax et la paralysie récurrentielle (4 % chacune). Toutefois, seuls 1/3 des fistules et 4/5 des ischémies de la plastie nécessiteront des reprises chirurgicales.

La mortalité à 90 jours a été de 4,5 %.  Il y a eu 11 % réadmissions dans le mois qui a suivi la sortie (une de ces réadmissions sur 5 n'étant pas en rapport avec une complication au cours du séjour hospitalier).
Au total cette collecte des données sur internet atténue-t-elle les variations considérables  observées dans les séries anciennes.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Low Donald E et coll.: Benchmarking complications associated with esophagectomy. Annals of Surgery 2019; 269(2):291-298.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article