Quels facteurs déterminent le pronostic des légionelloses ?

Une étude rétrospective multicentrique menée auprès de 83 patients ayant une pneumonie documentée à légionelle, hospitalisés dans 5 services de réanimation entre 2000 et 2008, a évalué chez ces patients les déterminants du pronostic. Dans la population étudiée, âgée de 58,9 ± 13,2 ans, où la pneumonie était liée à Legionella pneumophila dans 82,9 % des cas, le taux de mortalité était de 22,8 % (confirmant la tendance à une réduction de mortalité des légionelloses depuis la fin des années 1990).

Les auteurs, de Grenoble, d’Angers, du Mans, de Tours et de Nantes, identifient chez ces patients plusieurs déterminants pronostiques péjoratifs significatifs : l’existence d’une immunodépression, l’état hémodynamique (pression artérielle systolique inférieure à 90 mmHg) et l’existence d’une défaillance hématologique et/ou hépatique (TP inférieur à 70 %). En revanche, le sérotype 1 de Legionella, prédominant, s’est avéré être un déterminant fortement protecteur.

Dr Julie Perrot

Référence
Timsit J-F et coll. : Déterminants du pronostic des légionelloses graves hospitalisées en réanimation, étude multicentrique. 37e Congrès de la Société de réanimation de langue française (Paris) : 14-16 janvier 2009.

Copyright

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article