Querelle des anchiens et des modernes

Toulon, le samedi 21 juillet 2018 – Déserts médicaux, « doc bashing », judiciarisation…ces maux bien connus des professions médicales atteignent aussi les vétérinaires. 
Ainsi, en 2016, 758 vétérinaires se sont inscrits pour la première fois au tableau de l’ordre et 738 en sont sortis. Des chiffres insuffisants face à l’augmentation constante du nombre d’animaux de compagnie ce qui provoque désormais une pénurie de vétérinaires et la formation de véritables déserts.
Enquêtant sur la question, le quotidien Var-matin rapporte que pour cette profession si « la pression des maîtres et le (…) vetobashing sur les réseaux sociaux (…) et la  judiciarisation des dossiers » est en cause, c’est aussi l’attitude de la nouvelle génération de professionnels qui est au centre de cette problématique.

Les jeunes ne sont plus ce qu’ils étaient

Ainsi, comme en médecine, il se fait jour une querelle des anciens et des modernes. Véronique Luddeni, vice-présidente du Syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral (SNVEL) explique ainsi aux journalistes varois « la priorité chez les jeunes de 25-35 ans, n’est plus la valeur travail. Ils veulent concilier leur métier, leur vie de famille, leurs loisirs ! Or, un travail médical est une sorte de paradoxe pré-annoncé de l’impossibilité ou de la grande difficulté à mettre tout cela en adéquation. »

Les rêves de cette génération s’effondreraient lorsqu’il faut assumer « les 60 à 70 heures par semaine, les gardes, souvent un week-end sur deux, la continuité des soins quand les malades sont hospitalisés, la gestion et la pression des clients ».

Et ici aussi, la pénurie de jeunes vétérinaires amènent à employer des praticiens étrangers mais « ils n’ont pas une aussi bonne préparation que les diplômés des écoles françaises » témoigne un vétérinaire anonyme…

Puisqu’on vous dit que l’homme est un animal comme un autre…

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article