Qu’est-ce que la chorioamniotite aujourd’hui ?

E. MAISONNEUVE
Service de médecine fœtale, Hôpital Armand Trousseau, Paris

Historiquement, l’infection du chorion et de l’amnios a été appelée « chorioamniotite ». Bien que ce terme soit habituellement utilisé, le terme « infection intra-amniotique » (IIA) est aussi régulièrement retrouvé, étant donné qu’il implique une infection du liquide amniotique, du placenta, des membranes amniotiques, voire du cordon ombilical et du fœtus. Du point de vue anatomo-pathologique, le terme « chorioamniotite histologique » correspond à une infiltration par les polynucléaires neutrophiles du chorion et des membranes, survenant parfois sans signes cliniques évidents d’infection.


Il existe 4 aspects de la chorioamniotite : clinique, bactériologique, biochimique et histologique(1-3). Ces 4 versants de la chorioamniotite sont retrouvés dans la littérature, mais ils correspondent à des critères diagnostiques différents. De ce fait, devant l’hétérogénéité et l’intrication de toutes ces définitions, une conférence de consensus américaine a élaboré en 2016 de nouveaux critères de chorioamniotite, et en particulier la « triple I » signifiant « infection ou inflammation intra-utérine ou les 2 » (4). Les définitions respectives de toutes ces entités vont être exposées, afin de clarifier les termes à employer en 2019.

Physiopathologie

La migration ascendante des germes de la flore vaginale tels que Escherichia coli et le streptocoque du groupe B (Streptococcusagalaciæ) à travers le canal cervical est la principale cause d’IIA (figure 1). Rarement, l’infection se fait par voie hématogène transplacentaire lors d’une bactériémie maternelle (Listeria monocytogenes). Exceptionnellement, en cas de geste invasif tel qu’une amniocentèse, une infection intra-amniotique iatrogène peut survenir, du fait d’une performation accidentelle d’une anse intestinale maternelle.

Figure 1. Sites potentiels d’infection bactérienne dans l’utérus. (D’après Goldenberg et coll, Intrauterine infection and preterm delivery, New England Journal of Medicine 2000)(2).

Enfin, l’infection par voie rétrograde provenant du péritoine en passant par les trompes de Fallope est très rare. L’infection bactérienne entraîne une réponse inflammatoire chez la mère et le fœtus, conduisant souvent à la mise en travail et/ou la rupture des membranes(2,5). Les facteurs maternels et/ou fœtaux locaux jouent un rôle dans la prédisposition ou la protection contre l’infection. La glaire intracervicale, les membranes amniotiques et le placenta représentent des protections contre les infections ascendantes et hématogènes, alors que la rupture des membranes (RPM) supprime les 2 premières barrières. La flore vaginale contenant les lactobacilles de Döderlein représente également une protection contre les autres germes pouvant coloniser le vagin. L’acide lactique qu’ils produisent par hydrolyse du glycogène maintient le pH vaginal entre 3,8 et 4,5 et cette acidité constitue un moyen essentiel de contrôle de la prolifération de la plupart des pathogènes(6).

Incidence

L’incidence de la chorioamniotite est très variable selon les publications: selon le type d’étude (prospective ou rétrospective), selon la population concernée (naissances prématurées ou à terme) et surtout selon la définition utilisée (clinique versus histologique)(7).

La prévalence de l’IIA selon les données microbiologiques est très variable selon l’âge gestationnel: avant 37 SA, elle représente 40-70 % des naissances prématurées spontanées, c’est-à-dire suivant des menaces d’accouchement prématuré ou des RPM préterme(8) ; après 37 SA,elle concerne 1 à 4 % de toutes les naissances aux États-Unis(9,10).

Le taux de chorioamniotite clinique (CAC) varie ainsi de manière inversement proportionnelle à l’âge gestationnel : elle concerne 20 % des naissances prématurées avant 27-28 SA et 10 % entre 26 et 35 SA(11-13). De même, l’incidence de la chorioamniotite histologique(CAH) diminue avec l’âge gestationnel : 94 % de CAH entre 21 et 24 SA, diminuant jusqu’à 5 % de CAH après 41 SA(14). La vascularite fœtale, définie par une infiltration par les neutrophiles des vaisseaux du chorion et/ou du cordon, est également inversement corrélée à l’âge gestationnel et son incidence diminue de 60 % à 23-24 SA jusqu’à 34 % à 31-32 SA(15).

Définitions

Les 4 principales définitions de la chorioamniotite sont représentées sur la figure 2. Elles sont toutes les 4 étroitement intriquées.

Figure 2. Schéma illustrant les intrications entre les 4 définitions de la chorioamniotite: clinique, histologique, microbiologique et biochimique. PCR : Polymerase Chain Reaction ; bpm : battements par minute

Chorioamniotite clinique (CAC)

La plupart des auteurs s’accordent sur la définition suivante issue des critères de Gibbs(1,16) : fièvre supérieure à 37,8° C (100° F) ou 38° C (100,4° F) et au moins 2 items parmi les 5 suivants :

– tachycardie maternelle supérieure à 100/min,
– douleur utérine,
– hyperleucocytose maternelle ≥ 15 000/mm3,
– leucorrhées ou liquide amniotique fétide,
– tachycardie fœtale supérieure à 160/min.

La CAC est généralement monobactérienne, les germes les plus fréquents étant Escherichia coli et Streptococcus agalactiae, en particulier après rupture prématurée des membranes (2).

Cette définition clinique est précise, mais peu spécifique,car elle ne stipule pas qu’il faut avoir éliminé toutes les causes de fièvre maternelle (comme la pyélonéphrite aiguë) avant d’affirmer qu’il existe une authentique CAC.

Chorioamniotite microbiologique

La chorioamniotite microbiologique a été mise en évidence par la pratique d’amniocentèses chez des patientes présentant une menace d’accouchement prématuré à membranes intactes(17).

Les principaux germes responsables de colonisation amniochoriales ont : Urea plasmaurealiicum, Peptostreptococcus, Gardnerella vaginalis, Fusobacterium (2,13,18). La culture microbiologique du liquide amniotique est considérée comme le test le plus spécifique pour authentifier une infection intra-amniotique (IIA), mais il est limité par son caractère invasif et par le fait que les résultats sont disponibles en plus de 48 heures (soit par coloration de Gram et culture, soit par PCR pour les germes intracellulaires).

Chorioamniotite biochimique

La majorité des chorioamniotites à membranes intactes sont infracliniques. La concentration d’IL-6 amniotique mesurée après amniocentèse pourrait être un bon reflet du syndrome inflammatoire systémique fœtal (13,19).

L’inflammation peut exister même quand les cultures bactériennes sont négatives (18). Cependant, cet examen invasif est actuellement réalisé uniquement dans le cadre de la recherche.

Chorioamniotite histologique (CAH)

Le diagnostic de CAH est réalisé à partir de l’examen anatomopathologique du placenta. La CAH est ainsi définie par une infiltration diffuse par les polynucléaires neutrophiles des différents sites placentaires. La CAH représente une réponse inflammatoire maternelle, alors que la funiculite représente une réponse inflammatoire fœtale. Ces 2 entités sont représentées sur les figures 3 et 4(18). L’IIA est généralement considérée comme la cause de la chorioamniotite aiguë et de la funiculite. Cependant, une inflammation intra-amniotique « stérile » peut survenir en l’absence de micro-organismes mis en évidence (14,18).

Figure 3. Migration des polynucléaires neutrophiles de la déciduale vers les membranes amniotiques (d’après Kim et coll, Acute chorioamnionitis and funisitis: definition, pathologic features, and clinical significance. AJOG2015)(14).
A. Histologie normale des membranes amniotiques, du chorion et de la déciduale. Les astérisques noires montrent les capillaires maternels contenus dans la déciduale.
B. En cas d’infection intra-amniotique, les polynucléaires neutrophiles provenant des capillaires maternels migrent à travers la déciduale et le chorion vers les membranes amniotiques.

La classification la plus utilisée et recommandée par le Comité sur la nosologie de l’infection intra-amniotique de la société d’anatomopathologie pédiatrique est celle décrite par Redline en 2003(3,20). Dans cette classification, le terme « stade » fait référence au site touché par l’infiltration par les neutrophiles et le terme « grade » fait référence à l’intensité du processus inflammatoire aigu à un site donné.

Chorioamnioite (réponse maternelle) :
– stade 1 (précoce), stade 2 (intermédiaire), stade 3 (tardif) ;
– grade 1 : sans, grade 2 : avec micro-abcès subchoriaux.

Funiculite (réponse fœtale) :
– stade 1 (précoce) : phlébite ombilicale, vascularite choriale ; stade 2 (intermédiaire) : artérite ombilicale ; stade 3 (tardif) : périvascularite concentrique du cordon ombilical (« funiculite nécrosante »),
– grade 1 : sans ; grade 2 : avec thrombi récents non occlusifs des vaisseaux choriaux.

L’avantage de cette définition est qu’elle est précise et reproductible, avec plusieurs niveaux de sévérité. Son principal inconvénient est que l’information sur la présence d’une CAH parvient aux cliniciens après la naissance de l’enfant et n’est donc pas exploitable en anténatal.

Figure 4. Topographie du processus d’inflammation du cordon ombilical. (D’après Kim et coll, Acute chorioamnionitis and funisitis: definition, pathologic features, and clinical significance. AJOG2015)(14).
A. Typiquement, la funiculite commence par l’inflammation de la veine ombilicale (phlébite), puis des artères ombilicales (artérite).
B. Progression de l’inflammation le long du cordon ombilical : la phase initiale est multifocale, puis il y a une coalescence des zones d’inflammation.

Syndrome de réponse inflammatoire fœtal (SRIF)

Il a été défini par Gomez et al. en montrant qu’une concentration en Interleukine 6 (IL-6) supérieure à 11 pg/ml au sang du cordon était associée à une augmentation de la morbidité néonatale sévère, par l’intermédiaire d’une cordocentèse réalisée chez des patientes présentant un travail prématuré et ou une RPM(21). Au niveau anatomopathologique, on considère que la funiculite aiguë correspond au versant histologique du SRIF(14,22).

Nouvelle entité "Triple"

La chorioamniotite regroupe ainsi plusieurs entités hétérogènes que sont l’inflammation et l’infection, de sévérité et de durée variables.

Une conférence d’experts américains (National Institute of Health et Eunice Kennedy Shriver National Institute of Child Health and Human Development) s’est réunie en 2015 afin de faire le point sur la définition de la chorioamniotite et a proposé de remplacer ce terme par « infection ou inflammation intra-utérine ou les 2 », soit « triple I » (4). Cette entité est évidemment bien différente de l’hyperthermie maternelle isolée.

La « triple I » peut être suspectée si les critères de CAC sont présents, puis confirmée s’il existe une preuve d’infection bactériologique ou histologique. Le panel d’experts recommande d’utiliser dorénavant le terme « chorioamniotite » uniquement pour l’entité histologique(4) (tableau 1).

Tableau 1. Caractéristiques de la fièvre isolée et de la triple I (d’après Higgins et coll(4)).
Terminologie Caractéristiques et commentaires
Fièvre maternelle isolée (fièvre « documentée ») Température maternelle ≥ 39° C (102,2° F) quel que soit le site de mesure. Si la température mesurée par voie orale est comprise entre 38° C(100,4° F) et 39° C (102,2° F), répéter la mesure après 30 minutes ; si la mesure reste ≥ 38° C, la fièvre est documentée.
Triple I suspectée Fièvre sans cause évidente retrouvée, associée à au moins un des items suivants :
• tachycardie fœtale (rythme de base ≥ 160 bpm pendant ≥ 10 min, en excluant les accélérations, décélérations et périodes de variabilité augmentée),
• hyperleucocytose maternelle ≥ 15 000/mm3 avant toute prise de corticothérapie à visée fœtale,
• écoulement purulent provenant de l'endocol.
Triple I confirmée Tous les critères ci-dessus associés à :
• infection du liquide amniotique prouvée par coloration de Gramaprès amniocentèse,
• glucosamnie basse, leucocytes élevés ou culture positive sur le liquide amniotique,
• signes de chorioamniotite sur l'histologie placentaire
Les analyses réalisées sur liquide amniotique sont supposées être réalisées par amniocentèse.

Toutefois, cette entité « triple I » est difficilement utilisable en France, en particulier, car l’immense majorité des équipes ne pratiquent pas d’amniocentèse à visée diagnostique en cas de suspicion de chorioamniotite infra-clinique. Pour valider une « triple I », il faudrait donc qu’une CAC soit confirmée par une CAH sur l’examen anatomopathologique du placenta.

Conséquences

Sur le plan maternel, l’IIA augmente le risque de travail dystocique, de césarienne pendant le travail, d’atonie utérine et d’hémorragie du post-partum. Les patientes ont également plus de risque de développer un sepsis ou une endométrite du post-partum. Sur le plan obstétrical, l’IIA est associée à une augmentation du risque de fausse-couche tardive et de naissance prématurée. Enfin, concernant le nouveau-né, l’IIA est corrélée à une augmentation du risque de sepsis néonatal précoce, de méningite, de décès néonatal et des complications de la prématurité.

Néanmoins, les études et méta-analyses restent discordantes concernant l’impact de la chorioamniotite sur le risque de paralysie cérébrale et sur le devenir neuro-développemental de ces enfants(7,23).

Conclusion

Les 4 aspects de la chorioamniotite (clinique, bactériologique, biochimique et histologique) correspondent à des critères diagnostiques différents et sont étroitement intriqués. Si tous les critères cliniques sont réunis, il faut bien préciser que la chorioamniotite est clinique.

Dans la littérature américaine, la chorioamniotite est histologique, par défaut. Un panel d’experts américains a proposé en 2016 la terminologie « triple I » correspondant à « infection ou inflammation intra-utérine ou les 2 », pour permettre d’avoir une définition plus homogène et plus spécifique de l’infection intra-amniotique.

Cependant, les critères de confirmation de cette définition nécessitent une amniocentèse et/ou sont le plus souvent disponibles seulement en post-natal, ce qui n’est pas pertinent en pratique clinique. Il existe une littérature très riche sur les critères anténataux d’IIA depuis les 30 dernières années et leurs conséquences sur le devenir des enfants. L’identification d’un test diagnostique non invasif d’IIA reste ainsi un sujet de recherche prioritaire.

Références
1. Gibbs RS et al. Quantitative bacteriology of amniotic fluid from women with clinical intraamniotic infection at term. J Infect Dis 1982 ; 145 : 1-8.
2. Goldenberg RL, Hauth JC, Andrews WW. Intrauterine infection and preterm delivery. N Engl J Med 2000 ; 342 : 1500-7.
3.Redline RW et al.Placental diagnostic criteria and clinical correlation—a workshop report. Placenta 2005 ; 26 Suppl A : S114-7.
4. Higgins RD et al. Evaluation and management of women and newborns with a maternal diagnosis of chorioamnionitis: summary of a workshop. Obstet Gynecol 2016 ; 127 : 426-36.
5. Goldenberg RL et al. Epidemiology and causes of preterm birth. Lancet 2008 ; 371 : 75-84.
6. Ma B, Forney LJ, Ravel J. Vaginal microbiome: rethinking health and disease. Annu Rev Microbiol 2012 ; 66 : 371-89.
7. Maisonneuve E et al. Impact of clinical and/or histological chorioamnionitis on neurodevelopmental outcomes in preterm infants: A literature review. J Gynecol Obstet Hum Reprod 2017 ; 46 : 307-16.
8. Yoon BH et al. Clinical significance of intra-amniotic inflammation in patients with preterm labor and intact membranes. Am J Obstet Gynecol 2001 ; 185 : 1130-6.
9. Tita AT, Andrews WW. Diagnosis and management of clinical chorioamnionitis. Clin Perinatol 2010 ; 37 : 339-54.
10. Newton ER. Chorioamnionitis and intraamniotic infection. Clin Obstet Gynecol 1993 ; 36 : 795-808.
11. Pappas A et al. Chorioamnionitis and early childhood outcomes among extremely low-gestational-age neonates. JAMA Pediatr 2014 ; 168 : 137-47.
12. Salas AA et al. Histological characteristics of the fetal inflammatory response associated with neurodevelopmental impairment and death in extremely preterm infants. J Pediatr 2013 ; 163 : 652-7.
13. Yoon BH et al.Amniotic fluid inflammatory cytokines (interleukin-6, interleukin- 1beta, and tumor necrosis factor-alpha), neonatal brain white matter lesions, and cerebral palsy. Am J Obstet Gynecol 1997 ; 177 : 19-26.
14. Kim CJ et al. Acute chorioamnionitis and funisitis: definition, pathologic features, and clinical significance. Am J Obstet Gynecol 2015 ; 213 : S29-52.
15. Viscardi RM et al. Inflammatory markers in intrauterine and fetal blood and cerebrospinal fluid compartments are associated with adverse pulmonary and neurologic outcomes in preterm infants. Pediatr Res 2004 ; 55 : 1009-17.
16. Audibert F. Diagnosis of infection in the case of premature rupture of the membranes. J Gynecol Obstet Biol Reprod 1999 ; 28 : 635-41.
17. Romero R et al. The relationship between acute inflammatory lesions of the preterm placenta and amniotic fluid microbiology. Am J Obstet Gynecol 1992 ; 166 : 1382-8.
18. Kim SM et al. The relationship between the intensity of intra-amniotic inflammation and the presence and severity of acute histologic chorioamnionitis in preterm gestation. J Matern Fetal Neonatal Med 2015 ; 28 : 1500-9.
19. Thomas W, Speer CP. Chorioamnionitis: important risk factor or innocent bystander for neonatal outcome? Neonatology 2011 ; 99 : 177-87.
20. Redline RW et al. Amniotic infection syndrome: nosology and reproducibility of placental reaction patterns. Pediatr Dev Pathol 2003 ; 6 : 435-48.
21. Gomez R et al. The fetal inflammatory response syndrome. Am J Obstet Gynecol 1998 ; 179 : 194-202.
22. Yoon BH et al. The relationship among inflammatory lesions of the umbilical cord (funisitis), umbilical cord plasma interleukin 6 concentration, amniotic fluid infection, and neonatal sepsis. Am J Obstet Gynecol 2000 ; 183 : 1124-9.
23. Shi Z et al. Chorioamnionitis in the Development of Cerebral Palsy: A Meta-analysis and Systematic Review. Pediatrics 2017 ; 139.

Copyright Copyright © Len medical, Gynécologie obstétrique pratique, Juin 2019

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article