Qu’est-ce que le petit Otis, né il y a deux mois en Grande-Bretagne, a en double ?

Paris, le samedi 14 décembre 2019 - Les spécialistes de la procréation médicalement assistée (PMA) sont constamment à la recherche de nouvelles techniques et procédures permettant non seulement d’améliorer les taux de succès des fécondations in vitro (FIV) mais aussi de limiter la lourdeur de la prise en charge pour les futures mères. La société suisse a ainsi mis au point la technique de fécondation AneVivo. AneVivo repose sur l’utilisation d’une minuscule capsule poreuse qui est insérée dans l’utérus de la mère. C’est au sein de cette capsule que la fécondation va être réalisée, ainsi que les premiers jours de maturation. La capsule est ensuite retirée et les « meilleurs » embryons sont sélectionnés pour être de nouveau implantés. Cette technique permet une stimulation ovarienne moins importante et surtout une maturation plus proche du procédé naturel, ce qui est gage de meilleurs résultats. Les données préliminaires sont ainsi favorables à AneVivo quant à son taux de succès comparativement à la technique in vitro « traditionnelle » (cependant le profil des femmes concernées n’est pas nécessairement parfaitement comparable à toutes les patients relevant d’une FIV).

Deux mamans

Depuis le développement il y a plus de dix ans de cette technique, plusieurs dizaine d’enfants sont nés partout en Europe. Mais la Grande-Bretagne vient de réaliser une première grâce à elle. Jusqu’à aujourd’hui, l’embryon sélectionné était réimplanté chez la même femme. Cependant, pour Donna et Jasmine Francis-Smith, une exception a été faite. La première a abrité la fécondation de l’ovocyte et la maturation au cours des 18 premières heures, tandis que l’embryon a ensuite été réimplanté chez Jasmine qui neuf mois plus tard a donné naissance à Otis. Ce dernier est aujourd’hui âgé de huit semaines et se porte parfaitement bien. Dans la presse anglaise, les deux femmes ont salué le bénéfice de cette technologie pour les couples de femmes. Elle permet en effet de limiter le risque de voir une des deux femmes écartée de la grossesse.

Léa Crébat

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article