Qui a vu 18 ans de progrès s’envoler ?

Caracas, le samedi 9 février 2019 – Bien qu’elle puisse facilement être considérée comme naïve, l’idée d’un monde tourné vers le "progrès" habite encore un grand nombre d’entre nous. Et à cette idée de "progrès" beaucoup associent assez simplement une lutte active contre la mortalité précoce, notamment infantile. C’est en tout cas dans cette direction que travaillent toutes les autorités sanitaires du monde, avec plus ou moins de succès. En Amérique du Sud et au Venezuela, les résultats étaient au rendez-vous. En 2008, le taux de mortalité infantile ne dépassait plus les 15 décès pour 1 000 naissances vivantes, un chiffre historiquement bas pour le pays. Mais la corruption et la crise politique que connait le Venezuela qui a entraîné une grave crise économique et humanitaire a ruiné ces efforts.

Plus de statistiques officielles depuis 6 ans

Doctorante à l’Institut national d’études démographiques (INED) de Paris, Jenny Garcia a mené avec ses collaborateurs un travail complexe pour établir les données les plus fiables possibles sur l’évolution de la mortalité infantile au Venezuela. En l’absence depuis 2013 de statistiques officielles, il est en effet très difficile d’avoir une juste appréciation de la situation. Aussi, a-t-elle dû réaliser des estimations à partir des chiffres du recensement et de diverses enquêtes. Ses analyses publiées dans The Lancet Global Health conduisent à évaluer à 21,1 décès pour 1 000 la mortalité infantile en 2016. « Nous avons perdu 18 ans de progrès » constate Jenny Garcia interviewée par le Washington Post.

Retour de la diphtérie éradiquée dans les années 1990

Cette évolution catastrophique serait notamment liée à la résurgence de maladies dont l’incidence avait fortement diminué, entre autres grâce à la vaccination, qui connait un net recul ces dernières années : rougeole (4 605 cas ont été recensés entre janvier et août 2018 contre moins de 3000 avant 2010) et diphtérie (éradiquée dans les années 1990 elle a touché 2 024 personnes depuis 2016) constituent notamment de véritables fléaux. Le pays enregistre également de nouvelles flambées de paludisme. L’accès de plus en plus difficile aux antibiotiques favorise par ailleurs la mortalité liée aux infections respiratoires, tandis que les soins anténataux se sont fortement dégradés.

A.H.

Référence
Garcia J: Trends in infant mortality in Venezuela between 1985 and 2016: a systematic analysis of demographic data. Lancet Global Health 2019, (DOI:https://doi.org/10.1016/S2214-109X(18)30479-0)

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.