Qui dort dîne…avec un régime méditerranéen !

Une association a déjà été constatée entre la consommation de certains nutriments ou aliments et la qualité ou la durée du sommeil. L’inflammation, qui peut être modulée par la nutrition, a une influence négative sur le sommeil, et pourrait expliquer ces relations ; or le régime méditerranéen diminue certains marqueurs inflammatoires.

Deux études récentes, indépendantes l’une de l’autre, réalisées en Grèce et aux USA, ont recherché un lien entre alimentation méditerranéenne et sommeil.

Plus facile de s’endormir

Dans l’étude observationnelle réalisée en Grèce, 1 639 séniors âgés de 65 ans et plus ont été interrogés sur la qualité de leur sommeil, évaluée par la « Sleep Scale from the Medical Outcomes Study », en se focalisant sur le temps nécessaire à l’endormissement, la quiétude et la durée du sommeil, la somnolence diurne, le réveil nocturne. Le questionnaire alimentaire portait sur les composants du « Medi Diet Score », avec une pondération positive pour les céréales non raffinées, fruits, légumes, légumineuses, huile d’olive, poisson et pommes de terre, et alcool modéré, et négative pour viande et dérivés, et produits laitiers entiers. Les liens entre qualité du sommeil et adhésion au régime méditerranéen ont été établis en tenant compte de l’âge, du sexe, du niveau d’éducation, de l’IMC, du diagnostic de dépression, de l’activité physique et de la consommation énergétique.

Chez les personnes de moins de 75 ans, la qualité du sommeil, mais pas la durée, est apparue positivement associée avec le score de régime méditerranéen, y compris en l’absence de déficit cognitif léger. Les difficultés à s’endormir et les troubles du sommeil étaient particulièrement concernés. Il n’y avait pas d’effet significatif au-delà de 75 ans ; selon les auteurs, des pathologies survenant alors pourraient avoir un plus fort impact encore sur le sommeil.

Une durée de sommeil plus longue dans l’étude américaine

Dans l’étude observationnelle menée chez des adultes aux USA, les chercheurs ont étudié les liens entre durée du sommeil (mesurée par actigraphie), symptômes d’insomnie, et score « aMed » (régime méditerranéen adapté à ce pays). Une durée de sommeil plus longue et des symptômes d’insomnie plus rares étaient observés pour les scores aMed modérés à élevés, comparé aux scores faibles.

Enfin, ces résultats sont à rapprocher de ceux d’une étude espagnole sur le même sujet, parue il y a un an. Elle portait sur 1 596 personnes âgées de 60 ans et plus, suivies près de 3 ans. Une adhésion élevée à l’indice « MEDAS » ou Mediterranean Diet Adherence Screener était associée à une meilleure stabilité de la durée du sommeil, avec moins de réductions ou d’augmentations excessives au cours du suivi, et une qualité du sommeil améliorée.

Ces données s’ajoutent aux effets favorables du régime méditerranéen observés par ailleurs en neurologie et psychiatrie, sur la dépression et les fonctions cognitives notamment. On ne peut cependant pas exclure ici une causalité inverse, compte tenu des méthodologies employées (transversales pour deux études, suivi de courte durée pour l’autre). En effet, les troubles du sommeil pourraient aussi être responsables d’une prise alimentaire de mauvaise qualité. Ce domaine mérite donc d’être exploré davantage, pour confirmer ces données et éclairer sur les mécanismes, le cas échéant.

Dr Viviane de La Guéronnière

Références
Mamalaki E et coll. : Associations between the mediterranean diet and sleep in older adults: Results from the hellenic longitudinal investigation of aging and diet study. Geriatr Gerontol Int., 2018; 18: 1543-1548

Castro-Diehl C et coll. : Mediterranean diet pattern and sleep duration and insomnia symptoms in the Multi-Ethnic Study of Atherosclerosis. Sleep, 2018; 41(11). doi: 10.1093/sleep/zsy158.

Campanini MZ et coll. : Mediterranean Diet and Changes in Sleep Duration and Indicators of Sleep Quality in OlderAdults. Sleep, 2017; 40(3). doi: 10.1093/sleep/zsw083.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article