Qu’ont en commun Roselyne Bachelot, Louis Pasteur et le Tour de France ?

Paris, le samedi 8 février 2020 – En vous promenant à proximité de la rue Beaubourg, à Paris, le jeudi 30 janvier dernier, vous n’auriez pas eu la chance de croiser Joachin Phoenix. Pourtant, comme à la cérémonie des Bafta, où l’acteur américain a fait quelques jours plus tard sensation en dénonçant le racisme dans le monde du cinéma, le glamour et la transmission de messages politiques sans détour ont dessiné les traits d’une cérémonie qui demeurera dans les esprits.

Lutter contre les fakenews

Ainsi, les organisateurs du Festival de la Communication en Santé, qui célébrait sa trentième édition cette année à travers une remise des prix marquée par de nombreuses surprises, ont tenu à rappeler les fondements de leur manifestation. Il s’agit de mettre les outils développés par des spécialistes de la communication au service des patients et de la santé publique. Or, à l’heure où la diffusion de l’information a été considérablement transformée par les réseaux sociaux, cette mission se révèle essentielle. Ainsi, la présidente du Festival, Dominique Noël a évoqué la nécessité absolue de répondre par une communication maîtrisée aux anti-vaccins et autres diffuseurs de "fake news sanitaires". Elle s’est à cet égard satisfaite de constater que le Festival était reconnu par un nombre croissant de personnes comme un interlocuteur de confiance face à la diffusion d’informations à la fiabilité douteuse.

Guest star

Ce message sur le rôle de la communication en santé face aux informations fantaisistes et potentiellement dangereuses a été également relayé sur le plateau du Festival par l’ancien ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, venue soutenir l’action du Collectif de lutte contre la dénutrition, qu’elle parraine, récompensé pour son opération de sensibilisation baptisée « L’Avion » (Prix argent dans la catégorie Communication de Sensibilisation santé publique d’une organisation publique). Après avoir loué le travail réalisé par cette organisation, le ministre a rappelé combien « la multiplication des émetteurs favorise les fakenews et contribue à l’installation de la défiance ». Elle a également admis que cette tendance était permise par une déconsidération de nombreux acteurs, dont les responsables politiques.

Guest star… venue du passé

Cette prise de parole illustre la difficulté de trouver les meilleurs interlocuteurs pour transmettre des messages cruciaux. Or, les réseaux sociaux favorisent l’hyper personnalisation ; et l’écoute demeure largement facilitée par l’incarnation. Dans ce contexte, la réponse développée par les agence Henri 8 et Overcome mérite d’être saluée. A l’occasion des journées de biologie, un programme reposant sur la création d’un avatar a permis de faire revivre Pasteur et de créer un "dialogue" entre le savant d’hier et les chercheurs d’aujourd’hui. Cet artifice (salué par le prix Or dans la catégorie Communication événementielle) est une solution potentiellement pertinente pour contourner les critiques nombreuses formulées actuellement contre les experts (conflits d’intérêt, méconnaissances de certains sujets, expositions trop médiatiques…) qui brouillent les messages.

Faire son cinéma pour de bonnes causes

L’irruption de Pasteur a fait glisser les spectateurs de la cérémonie dans une irréalité presque cinématographique. Or, remise des prix oblige, le cinéma s’est invité dans la soirée à plusieurs reprises. Ainsi, le film de Fabrice Huré, La Montagne dans le sang, Coup de cœur du jury dans la catégorie Communication Association, a mis en lumière le combat de ce patient atteint d’une maladie génétique rare qui milite pour le développement de la dialyse de nuit. La force du documentaire de Fabrice Huré, qui conquiert les cimes des montagnes, est une illustration de la présence désormais prépondérante des patients au sein du Festival. Ce dernier leur a permis de mieux faire entendre leurs voix. C’est ainsi qu’a pu s’exprimer avec force la responsable de l’Association nationale jeunes aidants (JADE), coup de cœur du Festival. La détermination de la présidente de cette association pour mettre en place des solutions de répit pour les adolescents et adolescentes qui dans l’ombre prennent en charge un parent malade et/ou handicapé était une explication limpide du choix du Festival.

Glamour et émotions

Enfin, à l’instar de toute remise de prix, la cérémonie aura eu ses moments glamour (avec le rappel du beau calendrier de patients, pour lequel plus de douze représentants d’associations de patients n’ont pas hésité à poser nus) et ses instants d’émotion. Ainsi, un responsable de Biogen, dont le programme Together in SMA permet la diffusion de bandes dessinées explicatives sur l’amyotrophie spinale (Prix or, dans la catégorie Communication à destination des patients et/ou des aidants) a évoqué comment un jeune garçon avait récemment écrit au laboratoire afin de pouvoir recevoir un livre destiné à expliquer sa maladie à ses petits camarades. L’anecdote aura, mieux que beaucoup d’autres grands discours, illustré l’utilité des différentes campagnes de communication récompensées en cette soirée.

Clin d’œil

Les acteurs de ce programme ont en outre, à l’instar de plusieurs autres, insisté sur le caractère collectif de leur travail. Cet esprit animait de multiples campagnes, notamment celle déployée par un camion hurlant sur les routes du Tour de France par SOS Hépatites (Grand prix du Festival) pour inciter au dépistage de l’hépatite C. Mais le festival a également souvent retenu des opérations plus modestes voire individuelles dont l’utilité et la pertinence méritaient d’être saluées, telles la campagne de promotion de soins de beauté et de confort pour les personnes atteintes de cancer (Association Etincelle, Prix or, dans la catégorie Communication Association), le développement d’une application de soutien aux mères atteintes de blues postnatal (Docteur Simone, récompensée dans la catégorie Start up) ou enfin l’outil fait de papier développé par une ancienne patiente (atteinte de Guillain Barré) pour permettre aux professionnels de « communiquer avec les paupières » (projet Clin d’œil à la vie, coup de cœur dans la catégorie Communication médicale pour les professionnels de santé). Une diversité à l’image du Festival. 

L’ensemble du palmarès est à consulter : https://festivalcommunicationsante.fr/ 

Aurélie Haroche

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article