Réadmission dans un autre hôpital après une chirurgie colorectale, des facteurs prédictifs ?

La réadmission après une première hospitalisation est devenue un phénomène préoccupant, tant pour les soignants que pour les organismes payeurs. De plus, le taux de réadmissions (TR) est un marqueur de la qualité des soins, corrélé au débit opératoire et à la mortalité. Les hôpitaux dont le TR est trop important sont soumis à des pénalités financières aux Etats-Unis.

Or, il s’avère que près d’1/3 des patients réadmis le sont dans un hôpital différent (HD) de celui où ils ont été opérés, et que, dans ce cas, la mortalité est accrue. Les auteurs californiens ont alors voulu savoir quels facteurs permettaient de prévoir cette réadmission en HD après chirurgie colorectale (CCR).

Ils ont utilisé une base de données californienne pour suivre les malades opérés de CCR entre 2008 et 2012 et ceux qui ont été réadmis dans un HD californien. A été qualifiée de réadmission toute hospitalisation, pour quelque raison que ce fût, survenue dans les 30 j après la sortie. Ils ont ensuite comparé les données cliniques et les distances domicile-hôpital entre les malades réadmis dans l’hôpital initial (HI) et ceux réadmis dans un HD.     

Un problème essentiellement géographique….

Sur plus de 75 000 opérés de CCR, 14 401 (19 %) ont été réadmis dans les 30 j, dont 76 % en HI et 24 % en HD.

Par rapport aux patients réadmis dans le même hôpital, ceux réhospitalisés en HD étaient plus souvent des hommes, porteurs de pathologies associées plus importantes, moins bien assurés, au séjour initial plus long, plus volontiers opérés à froid, plus éloignés géographiquement de l’HI et non renvoyés à leur domicile lors de la sortie (mais plutôt dans un centre de soins intensifs). Les taux de réadmissions en HD sont par ailleurs plus élevés en milieu rural.

En analyse multivariée, la distance entre le domicile et l’HI, lorsqu’elle dépassait 10 miles (16 km) s’est avérée être un des facteurs prédictifs les plus robustes de réadmission en HD, multipliant ce risque par 1,8.

En conclusion, parmi les nombreux facteurs prédictifs d’une réadmission dans un hôpital différent de celui où a été pratiquée l’intervention de chirurgie colorectale, la distance du domicile est un élément essentiel, qui devient tout à fait déterminant lorsqu’elle excède 35 km.

Dr Jean-Fred Warlin

Référence
Cloyd JM et coll. : Predictors of readmission to non-index hospitals after colorectal surgery. Am J Surgery, 2017; 213: 18-23.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article