Remplacement valvulaire aortique, un bilan français

Le remplacement trans-cathéter de la valve aortique (TAVR), chez l’homme, est désormais devenu une alternative valable au remplacement valvulaire aortique chirurgical.

Il n’empêche qu’on dispose de peu de données fiables, concernant l’évolution, au cours du temps, de la procédure de TAVR effectuée pour traiter un rétrécissement aortique sévère.

C’est ce qui a poussé Nguyen et coll. à déterminer le nombre de remplacements valvulaires aortiques réalisés en France au cours des années et l’impact qu’a eu le développement croissant du TAVR.

L’étude a été menée à partir de la vaste base de données constituée par l’Administration française à la sortie des patients hospitalisés. Elle a ainsi porté sur les 131 251 remplacements valvulaires aortiques consécutifs effectués en France entre 2007 et 2015.

Au total, 109 317/131 251 interventions (83 %) étaient des remplacements valvulaires aortiques chirurgicaux et 21 934/131 251 (17 %) étaient des TAVR.

Entre 2007 et 2015, le nombre de remplacements valvulaires aortiques a augmenté de façon linéaire (passant de 10 892 à 18 704 ; p pour la tendance <0,0001) en raison surtout d’une augmentation notable du nombre de TAVR qui est passé de 244 à 6 722 (p pour la tendance = 0,0004), tandis que le nombre de remplacements valvulaires aortiques chirurgicaux demeurait pratiquement stable (passant de 10 892 à 11 982 ; p pour la tendance = 0,18).

Parallèlement à la diminution significative (p pour la tendance < 0,05)de l’indice de Charlson (indice de risque dont la valeur varie en fonction du niveau du risque) la mortalité hospitalière a diminué significativement, tant au décours du remplacement valvulaire aortique chirurgical qu’au décours du TAVR (p pour les 2 tendances <0,01).

De plus en plus de TAVR…

Le nombre de TAVR a augmenté significativement dans toutes les catégories d’âge, à savoir < 75, 75 à 79, 80 à 84 et ≥ 85 ans ; p pour toutes les tranches d’âge = 0,003) ; de plus, il a égalé voire dépassé le remplacement valvulaire aortique chirurgical dans les deux tranches d’âge les plus élevées.

Bien qu’en 2015 la mortalité ait diminué, tout à la fois, après un remplacement valvulaire aortique chirurgical isolé et après un TAVR, la mortalité inhérente au TAVR est devenue semblable voire légèrement plus faible que celle du remplacement valvulaire aortique chirurgical isolé dans les 3 tranches d’âge les plus élevées, même si la différence n’a pas atteint le seuil de significativité statistique (respectivement, p = 0,66 ; p = 0,47 ; p = 0,06).

Ainsi, en France, le nombre de remplacements valvulaires aortiques a beaucoup augmenté entre 2007 et 2015 en raison de la large diffusion du TAVR qui représentait, en 2015, le tiers de tous les remplacements valvulaires aortiques effectués. Le profil des patients s’est amélioré, en ce sens qu’ils sont pris en charge plus tôt et que la mortalité hospitalière a diminué pour les 2 stratégies de remplacement valvulaire aortique. En dépit d’un profil clinique plus défavorable, le devenir immédiat du TAVR peut désormais être comparé favorablement à celui du remplacement valvulaire aortique chirurgical isolé chez les patients âgés de plus de 75 ans. Ces constatations peuvent avoir des implications majeures en pratique clinique.

Dr Robert Haïat

Référence
Nguyen V et coll. : Implementation of Transcatheter Aortic Valve Replacement in France. J Am Coll Cardiol., 2018; 71: 1614–27.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article