Retraites : Jean-Paul Delevoye tente de rassurer les médecins, sans convaincre

Paris, le vendredi 8 novembre - Les syndicats représentatifs des médecins libéraux ont rencontré, une nouvelle fois, le Haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye.

L’occasion pour ce dernier de présenter des simulations chiffrées.

Alors que lors de son dernier colloque, la Caisse autonome de retraite des médecins de France (CARMF) avait présenté des estimations anticipant des baisses des pensions de 26  à 37 %, le Haut-commissaire table lui sur une baisse moyenne de 12,2 %.

« Comme par miracle, grâce à un mécano subtil, la réforme ne serait pas si dévastatrice que les spécialistes du sujet nous l’avaient prédit. C’est tellement beau que cela en est suspect et interroge » raille le SML qui résume bien l’expectative syndicale.

Jean-Paul Delevoye  prévoit en effet que les médecins, grâce à des exonérations de charge, cotiseront moins pour la CSG mais plus pour la retraite, compensant ainsi une part de la baisse à venir des retraites, sans voir leur cotisation globale augmenter.

« Ce qui freine notre enthousiasme et, à vrai dire, éveille notre méfiance c’est, d’une part, la fragilité d’un tel édifice et, d’autre part, sa soutenabilité financière » note encore le Dr Vermersch qui rappelle que des allégements de charge peuvent être supprimés par n'importe quel PLFSS à venir.

Les autres questions qui fâchent : les réserves de la CARMF, l’avenir de l’ASV et la place de la profession dans la gouvernance seront abordées lors de deux autres réunions en décembre et janvier.

Reste à savoir si Jean-Paul Delevoye sera encore à la manœuvre, alors qu’il s’écharpe avec le chef du gouvernement et le Président de la République sur la désormais fameuse « clause du grand-père », dont l’ancien chiraquien ne veut pas entendre parler.

F.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article