Revalorisation du salaire des infirmières : négociations explosives

Paris, le vendredi 30 octobre 2009 – Côté pile, il y a les déclarations enjouées et satisfaites du ministre de la Santé, au début du mois d’octobre. Evoquant la revalorisation du salaire des infirmières, rendue nécessaire par la réforme de leur formation désormais reconnue au niveau bac +3, Roselyne Bachelot indiquait, interrogée sur I-Télé, il y a quelques semaines : « C’est une réforme considérable ». De façon plus détaillée, elle avait précisé que les « premières infirmières qui sortiront dans trois ans avec leur diplôme universitaire pourront être en catégorie A. Et bien sûr, on aura une procédure d’équivalence pour les infirmières déjà diplômées ».

11 % de plus que le SMIC

Côté face, le tableau joliment dressé d’un gouvernement soucieux d’entendre les revendications salariales des infirmières, apparaît totalement brouillé. Les négociations ouvertes le 10 septembre et qui se sont poursuivies le 20 octobre n’ont pour l’heure donné lieu qu’à un mécontentement quasi unanime des syndicats. Lors de la première rencontre, les organisations avaient claqué la porte en apprenant que le passage en catégorie A se ferait de façon progressive entre 2012 et 2015 et qu’était prévue pour faire patienter les professionnelles de catégorie B jusqu’à cette date une augmentation de 15 euros par mois. Qualifiée « d’aumône », cette revalorisation a fait bondir les syndicats, qui n’ont pas manqué de rappeler la dévalorisation du salaire des infirmières par rapport au SMIC au cours des vingt dernières années. La Coordination nationale infirmière rappelle ainsi : « En 1986 nos salaires de début de carrière affichaient 24 % de plus que le SMIC », alors qu’ils ne dépassent aujourd’hui plus que de 11 % le salaire minimum.

Unité syndicale

Le 20 octobre, le deuxième round ne s’est guère révélé plus satisfaisant. Les syndicats, qui ont d’abord vivement regretté n’avoir reçu les propositions que la veille de la réunion, ont rapidement choisi d’interrompre les négociations. « En septembre, on s’était vu proposer (…) 15 euros par mois pour la catégorie B. Le montant était identique mardi. Pour la catégorie A, le document présenté évoque une hausse moyenne de 60 euros. Par rapport aux objectifs affichés de fidélisation et d’attractivité de la profession, avec ces trois francs six sous on ne va pas aller loin ! On réclame 150 euros de hausse en A comme en B », tempête Thierry Amouroux, secrétaire général du SNPI CFE-CGC. L’unité syndicale semble acquise dans ce dossier, seul le SNCH (syndicat national des cadres hospitaliers) est en effet resté à la table des négociations la semaine dernière, tandis que la CFDT, la CFTC, la CGC-CFE, FO, l’UNSA et SUD ont choisi de les suspendre.

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (2)

  • Crédibilité ?

    Le 30 octobre 2009

    Il serait bon que votre interlocuteur privilégié ne soit pas systématiquement Thierry Amouroux qui représente un syndicat anecdotique au niveau des élections professionnelles (score de moins de 2 % dans le collège des infirmières), par ailleurs complètement isolé dans son soutien à la mise en place du conseil de l'Ordre infirmier, rejeté par la quasi-totalité des infirmières salariées.
    Ce choix remet en cause la crédibilité des informations que vous publiez.

    Christophe Prudhomme

  • Versement direct à l'Ordre...

    Le 30 octobre 2009

    Notre ministre de la santé serait elle schizophrène ou autiste...? Ou a t-elle oublié la cotisation obligatoire à l'Ordre Infirmier (dont le montant déjà exorbitant
    de 75 euros devrait être porté à 125 euros/année en 2010 et régulièrement augmenté, histoire de suivre, lui, le coût de la vie,contrairement aux salaires) qui absorbera à elle seule la petite augmentation qu'elle va octroyer à la profession. Je lui conseille de verser cela directement à l'Ordre Infirmier qu'elle a astucieusement mis en place et doté généreusement de gros moyens sur le dos de professionnels qui n'en demandaient pas tant .L'avantage c'est qu'on ne paiera pas d'impôts sur cet argent dont on ne verra pas la couleur et ...l'Ordre Infirmier aura moins de mal à le récupérer que maintenant !

    Nicole Le Goff

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.