Revalorisation du statut des infirmières : des avancées, mais rien n’est signé

Paris, le vendredi 8 janvier 2010 – Parmi les critiques qu’avaient suscité les déclarations de Roselyne Bachelot au mois de décembre concernant la revalorisation du statut des infirmières (liée à l’évolution de leur formation qui doit être intégrée au dispositif universitaire LMD [Licence/Master/Doctorat]) figurait un étonnement agacé des syndicats de voir le ministre prendre la parole, alors qu’elle s’était le plus souvent montrée absente lors des séances de négociations. « Nous n’avons quasiment jamais vu la ministre de la santé et voilà qu’elle communique sur le sujet » avait ainsi remarqué le secrétaire fédéral de la CGT santé Philippe Crépel. Entendant ces dénonciations, le ministre de la Santé, Roselyne Bachelot a choisi de faire front devant les représentants syndicaux ce mardi 5 janvier lors de la présentation de la nouvelle mouture du protocole d’accord proposé aux organisations. Elle a présenté elle-même les différentes avancées proposées par ce nouveau texte.

Avancement du calendrier

Il semble en effet qu’un certain nombre de revendications des syndicats ait été entendu, bien que demeure le point principal d’achoppement : le passage de la catégorie B à la catégorie A se fera pour les infirmières aujourd’hui déjà en poste au prix d’un renoncement à leur départ à la retraite à 55 ans qui sera désormais fixé à 60 ans. Si ce sujet continue à susciter le débat, certaines avancées importantes ont été reconnues, au premier rang desquelles une modification du calendrier. Ainsi, alors que la version proposée en décembre tablait sur un passage possible en catégorie A à partir d’octobre (pour les infirmiers) et décembre (pour les paramédicaux) 2011, le nouveau texte évoque les dates de janvier et septembre 2011. Parallèlement, les deux augmentations salariales sont prévues pour mi 2012 et mi 2015 (et non plus 2016). De même, pour les infirmières qui refuseraient de quitter la catégorie B, les revalorisations salariales pourraient intervenir dès l’été 2011 et non à la fin 2011. Des efforts ont également été consentis en ce qui concerne le montant des augmentations, pour les infirmières ayant atteint le dernier échelon de la catégorie A, la grille indiciaire atteindra, à la fin de la réforme, 730 et non 720. Roselyne Bachelot a précisé que « les infirmières en milieu de carrière bénéficieront » au terme des différentes revalorisations « d’une rémunération annuelle majorée de 2 000 euros en moyenne ». Cette allusion au « milieu de carrière » est une adresse directe aux syndicats qui reprochaient au gouvernement de se référer à la situation des infirmières en fin de carrière. Au-delà du choix de la formulation, le ministre a eu à cœur de répondre aux préoccupations des syndicats qui ont fait valoir que la carrière des infirmières était souvent courte : Roselyne Bachelot a en effet insisté pour que le protocole final comporte un volet spécifique dédié non seulement « à l’amélioration des conditions de travail », mais aussi « à la seconde partie de carrière » des infirmières.

Recadrer le débat

D’autres avancées intéressantes ont été remarquées par les syndicats, telles celles concernant les cadres. C’est en effet à leur demande que pourrait être créé « un grade spécifique », tandis que « l’indice sommital du grade de cadre supérieur a été sensiblement augmenté ». Ainsi en fin de carrière, les cadres de santé pourraient atteindre l’indice brut 901 et non plus 821. Ces derniers sont également concernés par la proposition du ministre ayant trait à l’amélioration des ratios promus-promouvables qui concerne les adjoints des cadres hospitaliers. Enfin, la possibilité d’une prime pour les infirmiers encadrant des étudiants a été évoquée.

Chantage ?

Ces différentes propositions ont retenu l’attention des syndicats, bien que l’accord ne semble pas encore acquis. « Ce sont des premières réponses que nous attendions depuis longtemps » a ainsi commenté la fédération santé de la CFDT, tandis que FO s’est félicitée de la revalorisation accordée aux cadres et des avancées concernant les infirmiers. Le ton était plus sec à la CGT qui qualifie le conditionnement du passage en catégorie A à un changement de l’âge du départ à la retraite à un « chantage ». Sud Santé n’a pour sa part pas caché son « mécontentement », tandis que le Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI) a indiqué son intention de lancer une pétition appelant à une revalorisation dès le 1er janvier 2010 !

A.H.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (3)

  • Indices cadres ?

    Le 08 janvier 2010

    Je pense que vous parlez en indices brut et non pas majoré, puisque, dans mon cas, IADE cadre supérieur de santé, 6ème échelon depuis 5 ans, indice majoré 642, (donc maximum) je suis parti en retraite après 40 années de bons et loyaux services dans mon établissement hospitalier, toujours le même, carrière intégrale dans la même boite à cet échelon. Quand vous parlez d'indices 800 ou 900, je me demande si cela n'est pas de la foutaise, si c'est vrai, ma retraite sera t-elle revalorisée à ces échelons ? Je suis en plus titulaire de plusieurs DU et d'un Master 2, administration et gestion des établissements de santé. Qui raconte des sornettes ? Je ne peux croire à ce qui est dit dans cet article, ce serait trop beau…

    P Teterel

  • Revalorisation des ide du privé ?

    Le 09 janvier 2010

    Quelle transposition est prévue pour le privé lucratif et non lucratif et quand ? Est-ce envisagé ? Ce sujet ne peut être abandonné à la NAO ! Resterons nous les oubliées qui déjà ne partent en retraite qu’à 60 ans quand ce n'est pas à 65 ans quand le compte de trimestres n'y est pas...Quel chantage nous fera-t-on ? 2011 pour tous et toutes c'est trop loin. C'est 2010 nous avons assez attendu...plus de promesses de l'action : le malade est pré agonique !

    Nadine Sutto

  • Paramédicaux non infirmiers et départ à la retraite

    Le 13 janvier 2010

    Votre article parle du passage en catégorie A des paramédicaux non infirmiers en 2011 (sept ou déc.), moyennant quoi ils devront accepter un départ en retraite à partir de 60 ans et non de 55.
    J'aimerais rappeler, que l'age du départ en retraite n'est pas lié à la catégorie (A, B, C) mais à la "position" du corps de métiers (actifs ou sédentaires).
    Sources: http://www.fonctio.com/guide/retraite_fonctionnaire.html
    Ainsi les infirmiers, Kiné, Manip radio, et même Lingères classés en catégorie "actif" partent en retraite à 55 ans.
    Le corps des techniciens de laboratoire (dont je suis) n'a jamais été rattaché après sa création dans les années 70 au corps des infirmières dont il était issus, ce malgré un mouvement de gréve et de protestation dans les années 2000 qui à eu pour seul résultat de nous faire qualifier de profession "Presse Bouton" par le ministre de l'époque (ministre de gauche !!!).
    Nous sommes donc considérés comme administratifs (alors que nous avons les même contraintes et risques professionnels que les autres paramédicaux). A ce titre ne pouvons prétendre à la retraite qu'à 60 ans.
    Est ce à dire que cet accord nivellera les choses par le bas en alignant les infirmières sur les Tech de Labo ou, pire, les tech de labo ne pourront prétendre à la retraite qu'à 65 ans ?
    La question reste ouverte...

    Fredéric Decou

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.