Risque de méningiome sous androcur

Seuls les comprimés d’acétate de cyprotérone 50 mg (CPA ; Androcur®) sont commercialisés en France alors qu’ailleurs, en Europe, les dosages sont plus faibles. Pour David Élia, ceci peut sans doute rendre compte des 298 cas de méningiomes sous CPA (durée de prise 13 et 17 ans pour les tumeurs unique et multiples respectivement) enregistrés dans la base nationale de pharmacovigilance depuis 2014. Le risque semble multiplié par 7 au-delà de 6 mois de traitement à 50 mg. Les symptômes les plus fréquemment recensés ont été les troubles visuels et les céphalées. L’IRM pré-thérapeutique est maintenant obligatoire. Il a été rappelé que la contraception et l’acné sont des utilisations hors AMM du CPA.

Dr Catherine Azoulay

Référence
Elia D : Androcur : Stop et après ? 22e GENESIS (Paris) : 19-20 septembre 2019.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article