Risque de MVTE associée à l’obésité : tour de taille contre IMC

L’augmentation de l’indice de masse corporelle (IMC) est associée à un risque accru de maladie veineuse thrombo-embolique (MVTE). Le lien de causalité ne fait guère de doute, mais il semble que l’obésité centrale dite aussi abdominale soit plus souvent en cause. De fait, le tissu adipeux viscéral se comporte comme une véritable glande endocrine capable de sécréter des médiateurs impliqués dans l’insulinorésistance, l’inflammation, la coagulation, la fibrinolyse, le contrôle de la pression artérielle et du métabolisme lipidique, autant de facteurs qui favorisent le dysfonctionnement endothélial et l’athérosclérose.

Mais cette forme d’obésité est-elle à même de contribuer à la pathogénie de certains cas de MVTE ? La question se pose car les mécanismes de l’athérogenèse ne sont pas tout à fait ceux qui président à la formation des thromboses veineuses profondes et des embolies pulmonaires, même s’il existe quelques points communs.

Une étude de cohorte prospective menée en Suède, dans laquelle ont été inclus, en 1997, 74 317 adultes s’est penchée sur la question. Des données anthropométriques ont été recueillies à l’état basal, principalement l’IMC en tant que variable représentative de toutes les formes d’obésité et le tour de taille (TT), reflet plus fidèle de l’obésité abdominale. Au cours des vingt années qui ont suivi, 4 332 participants ont été victimes d’une complication révélatrice d’une MVTE, qu’il s’agisse d’une thrombose veineuse profonde ou d’une embolie pulmonaire. Une étude par randomisation mendélienne a examiné les liens de causalité éventuels entre IMC et TT, d’une part, MVTE, d’autre part. Les informations génétiques nécessaires à une telle approche ont été extraites des bases de données FinnGen et UK Biobank.

La graisse viscérale, davantage impliquée

Au sein de cette cohorte, une relation du type dose-effet a été mise en évidence entre MVTE et les deux variables représentatives de l’obésité. L’association entre MVTE et IMC a cependant été grandement atténuée par la prise en compte du TT. En cas d’IMC normal, l’existence d’un TT significativement augmenté conduisait à une augmentation substantielle du risque de MVTE, le hazard ratio correspondant étant de 1,53 (intervalle de confiance à 95 % IC 95%, 1,28-1,81) (versus IMC normal). Le lien de causalité entre TT ajusté en fonction de l’IMC a été confirmé par l’analyse de randomisation mendélienne.

Le risque attribuable à l’augmentation de l’IMC au sein de la population a été estimé à 12,4 % (8,4- 16,5), versus 23,7 % (18,1-29,4) pour ce qui est du TT.

L’obésité toutes formes confondues semble bien prédisposer à la MVTE. Mais l’obésité abdominale serait une plus grande pourvoyeuse de cette complication, sans doute par le biais de la graisse viscérale. De fait le TT serait plus précis que l’IMC pour apprécier le risque de MVTE, mais quel que soit le cas de figure, la lutte contre l’obésité notamment abdominale est une priorité en santé publique.

Dr Philippe Tellier

Référence
Yuan S et coll. : Overall and abdominal obesity in relation to venous thromboembolism. J Thromb Haemost. 2021 ; 19(2): 460–469. doi: 10.1111/jth.15168.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article