Rôle des rhinovirus C dans les hospitalisations pour asthme en pédiatrie

Un groupe C de rhinovirus a été décrit récemment, s’ajoutant ainsi aux 2 groupes connus jusqu’ici (A et B).

Une étude prospective a été menée dans le Tennessee de 2001 à 2003, dans le but d’évaluer le rôle des rhinovirus C parmi les enfants de moins de 5 ans hospitalisés pour symptômes respiratoires aigus ou fièvre. Un prélèvement nasal et pharyngé a été réalisé chez tous ces enfants et une recherche virale a été effectuée.

Sur les 1 052 enfants enrôlés, 167 (16 %) étaient porteurs de rhinovirus. Sur les 147 prélèvements qui ont pu être correctement analysés, on a retrouvé 64 rhinovirus de groupe A, 6 de groupe B et 77 de groupe C.

Les rhinovirus de type C étaient plus fréquents que les type A en octobre (22,1% vs 10,9 %, P = 0,080) alors que les rhinovirus A étaient plus fréquents que les C en avril (21,9 % vs 9,1%, p = 0,034).

Une co-infection avec un autre virus a été détectée chez 26 enfants sur 167 (15,6 %).

Les enfants infectés par un rhinovirus de groupe C étaient volontiers plus âgés et avaient plus fréquemment une pathologie sous-jacente telle qu’un asthme par rapport aux enfants infectés par un rhinovirus de groupe A (42 % vs 23 %, p = 0,023). Si les symptômes présentés à l’admission étaient apparemment semblables, les enfants infectés par un rhinovirus de groupe C toussaient en réalité davantage (90,9 % vs 78,1 %, p = 0,034) et étaient plus souvent fébriles (81,3% vs 59,7%, P = 0,006) que les enfants porteurs d’un rhinovirus A. La durée moyenne d’hospitalisation était la même, soit 2 jours en moyenne quel que soit le type de rhinovirus.

Au total, 7 % des enfants hospitalisés pour des symptômes respiratoires ou fièvre étaient porteurs d’un rhinovirus de type C, ce qui correspond à la moitié des hospitalisations dues à un rhinovirus. Cependant, aucun groupe contrôle ne permet d’évaluer la proportion de porteurs sains…

Dr Geneviève Démonet

Référence
Miller C et coll. : A novel group of rhinoviruses is associated with asthma hospitalizations. J Allergy Clin Immunol 2009 123 (1) : 98-104.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.