Sans fleurs, ni couronnes

Saint-André-de-L’Eure, le samedi 12 octobre 2019 - Médecin généraliste dans l’Eure, le Dr Francis Le Bail a adressé un faire part au ministre de la Santé, Agnès Buzyn, pour l’inviter à assister à « l’enterrement de la médecine rurale ».

Ce praticien de 73 ans, qui cumule emploi et retraite depuis 9 ans a pris cette initiative, qui rappelle son compatriote normand Alphonse Allais, après s’être vu refuser l’accès à une aide pour les médecins des zones sous-denses.  Selon lui, ce refus s’expliquerait par ces réticences à intégrer une maison médicale.

Pourtant comme le rapporte le quotidien Paris Normandie il exerce dans une zone désertique depuis 43 ans et « sa salle d’attente est toujours pleine (...). Dans son cabinet, le médecin généraliste, connu dans le canton pour ses coups de sang mémorables, témoigne volontiers de son quotidien et de ses journées à rallonge (…) six jours sur sept, assurant gardes et consultations tardives ».

Cette cérémonie funèbre n’est pas qu’un bon mot et il prévoit déjà de traverser la ville dans un cercueil transporté par des amis sapeurs-pompiers (il a été un temps médecin commandant des sapeurs-pompiers).

Ces obsèques dignes des traditions oubliées de salles de garde semblent avoir ému en haut lieu et une rencontre a été programmée entre le médecin, la députée LREM Séverine Gipson et la CPAM. Cette dernière a finalement répondu favorablement à sa demande : « compte tenu de son âge ainsi que de la situation de notre département au regard de la démographie médicale, et bien qu’il n’exerce pas en groupe, une dérogation a été accordée pour qu’il puisse adhérer au contrat de la Coscom ».

Mais le coup est parti et Francis Le Bail promet de maintenir sa cérémonie !

F.H

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article