Santé des personnes déplacées : un rapport (d)étonnant !

A l’heure ou le phénomène migratoire s’accentue dans le monde entier, certains craignent que la présence de migrants ne mette leur santé en danger. Or c’est plutôt l’inverse qui se produit, y compris en Europe : la transition ou le séjour dans les pays d’accueil exposent les migrants à des maladies, conclut le premier rapport de l’OMS sur le sujet. Publié le 21 janvier, il a été élaboré en partenariat avec l’Institut national de la santé, de la migration et de la pauvreté italien à partir de 13000 documents.

Guides pratiques

Moins affectés que leurs hôtes par de nombreuses maladies non transmissibles, les migrants vont, selon le temps passé dans une situation de grande précarité, voir augmenter leur risque de développer maladies chroniques, cardio-vasculaires, accidents vasculaires cérébraux ou cancers, risque aggravé par la sédentarité forcée et la mauvaise alimentation. Dans cette population, les traumatismes liés au travail sont beaucoup plus nombreux que chez les travailleurs non migrants, la santé mentale est impactée, sans parler de la vulnérabilité des mineurs notamment vis à vis de l’exploitation sexuelle.

Côté maladies infectieuses, contrairement à des idées répandues, c’est une fois arrivées dans le pays d’accueil que les personnes contractent la tuberculose ou le VIH ; le risque pour la population hôte reste très faible.

L’OMS a également analysé l’évolution des pays européens dans la prise en charge médico-sociale des migrants. Celle-ci s’est beaucoup améliorée, mais beaucoup reste à faire, précise le Bureau, qui a rédigé dans ce but une série de guides très pratiques.*

États d’AME

Les agents de services sociaux et de santé de première ligne doivent comprendre le risque encouru, insiste le rapport en précisant la disparité des prises en charge en fonction des pays européens ainsi que l’impact des statuts juridiques, de la barrière linguistique et des discriminations.

On a pu entendre de rares Gilets jaunes souhaiter que l’on supprime l’AME (aide médicale d’État) qui prévoit la prise en charge des soins pour les migrants en France. Au vu de ce rapport, ce n’est peut-être pas la meilleure idée. C’est même le contraire, car comme l’explique la directrice de l’OMS pour l’Europe, le Dr Zsuzsanna Jakab, prévention et prise en charge rapide diminuent les coûts.

* http://www.euro.who.int/en/health-topics/health-determinants/knowledge-hub-on-health-and-migration/knowledge-library?category_code=354705

Dr Blandine Esquerre

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article