S’attendre à un doublement en dix ans du nombre de nouveaux cas de diabète de type 1 chez les moins de 5 ans

Au début du 20ème siècle, le diabète de type 1 de l'enfant était une maladie rare et mortelle.  Actuellement cette pathologie est une des plus fréquentes des maladies chroniques de l'enfant. L'amélioration de la prise en charge thérapeutique n'explique pas à elle seule cette évolution. Les données épidémiologiques retrouvent en effet une constante augmentation de l'incidence de cette pathologie.

Pour pouvoir disposer de données épidémiologiques fiables, 20 registres en population ont été établis dans 17 pays européens. Dans les pays européens, le diabète de type 1 reste largement plus répandu que le diabète de type 2 avant 15 ans et c'est cette pathologie qui a été étudiée. Tous les nouveaux cas de diabète de type 1 survenant avant l'âge de 15 ans ont été enregistrés. L'exhaustivité des registres a été évaluée par la méthode capture-recapture en utilisant des sources indépendantes primaires (hôpitaux, médecins) ou secondaires (assurance maladie, associations,...) avec des résultats supérieurs à 90 % pour la plupart des registres.

Entre 1989 et 2003, 29 311 nouveaux cas ont été collectés. Pour 18 des 20 registres, on retrouvait une augmentation annuelle significative de l'incidence allant de 0,6 à 9,3 %. En moyenne l'augmentation annuelle était de 3,9 % et elle était plus importante chez les plus jeunes (5,4 % chez les 0 - 4 ans ; 4,3 % chez les 5 - 9 ans ; 2,9 % chez les 10 - 14 ans). En utilisant ces données, une modélisation a été réalisée pour calculer le nombre de nouveaux cas de diabète de type 1 survenant avant l'âge de 15 ans attendus en Europe d'ici 2020. Les résultats prédisent entre 2005 et 2020, un doublement du nombre de nouveaux cas de diabète de type 1 chez les enfants de moins de 5 ans et une augmentation de 70 % de la prévalence chez les moins de 15 ans (94 000 cas en 2005 versus 160 000 cas en 2020).

Comme le souligne l'éditorial joint, il y a peu de chances que ces chiffres alarmants surestiment la réalité. Les données épidémiologiques actuelles européennes et nord-américaines retrouvent en effet des taux d'incidence mesurés supérieurs à ceux qui avaient été prédits par des modèles similaires il y a quelques années. Des recherches sont en cours pour déterminer si des facteurs environnementaux sont impliqués dans cette augmentation de l'incidence du diabète de type 1. Le fait que les enfants de moins de 5 ans soient plus particulièrement touchés pose plusieurs problèmes : risque accru de diagnostic au stade de décompensation aigüe acido-cétosique, augmentation de la durée du diabète et du risque d'apparition des complications spécifiques du diabète, nécessité d'adapter l'offre de soins et les efforts budgétaires à cette population pédiatrique.

Si les tendances épidémiologiques actuelles se confirment, on doit s'attendre à un doublement du nombre des nouveaux cas de diabète de type 1 chez les moins de 5 ans entre 2005 et 2020 et à une augmentation de la prévalence chez les moins de 15 ans de 70 % dans les pays européens. Nos systèmes de santé sont ils prêts ?

Dr Laurence du Pasquier

Références
Patterson CC et coll. : Incidence trends for childhood type 1 diabetes in Europe during 1989-2003 and predicted new cases 2005-20 : a multicentre prospective registration study." Lancet, Publication avancée en ligne le 28 mai 2009. DOI:10.1016/S0140-6736(09)6068-7

Dabelea D : The accelerating epidemic of childhood diabetes. Lancet, Publication avancée en ligne le 28 mai 2009. DOI:10.1016/S0140-6736(09)60874-6

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.