Schizophrénie : un déficit de plasticité neuronale ?

Comme l’illustre par exemple l’approche protéomique*, l’ambition des neurosciences est d’identifier chez les malades des facteurs de vulnérabilité génétique ou /et biologique susceptibles d’expliquer leur pathologie. Définie comme la « capacité du système nerveux à adapter sa réactivité suite à des stimulations successives », la plasticité des neurones implique une réorganisation des connexions synaptiques pour s’ajuster à un environnement changeant. Or dans la schizophrénie, l’un des mécanismes physiopathologiques pourrait impliquer précisément des dysfonctionnements de cette plasticité neuronale. Déficits de plasticité sans doute eux-mêmes consécutifs à des perturbations de certains neurotransmetteurs comme l’acide γ-aminobutyrique, l’acide N-méthyl-D-aspartique (NMDA), la dopamine… Altérations du fait de la maladie ou de médicaments (les substances affectant par exemple les récepteurs NMDA diminuent aussi la neuro-plasticité).

Un article d’Archives of General Psychiatry évoque ce thème de recherches, à la lumière d’une étude canadienne (avec la collaboration d’une université australienne) concernant des patients avec schizophrénie ou troubles schizo-affectifs (quatorze sous traitement et six sans traitement pharmacologique) et vingt sujets témoins. La plasticité neuronale a été évaluée (pour les neurones moteurs du pouce), grâce aux techniques de stimulation magnétique trans-crânienne et d’électromyographie. Comme le présumaient les auteurs, la plasticité neuronale se révèle diminuée chez les schizophrènes (recevant ou non un traitement médicamenteux), par rapport aux témoins. Si les conceptions actuelles de la schizophrénie en font une affection polyfactorielle, impliquant la convergence de plusieurs mécanismes, ce déficit de neuro-plasticité constitue une voie prometteuse de recherches, avec la perspective de le corriger un jour par des médicaments.

* cf. la définition sur le site http://www.limousin.drire.gouv.fr/di/biotech/lexique.html

Dr Alain Cohen

Référence
Daskalakis ZJ : Dysfunctional neural plasticity in patients with schizophrenia. Arch Gen Psychiatry., 2008 ; 65 : 378-385.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article