SEP et Covid-19, pas d’interférence

La sclérose en plaques (SEP) et les autres affections démyélinisantes peuvent nécessiter un traitement de fond qui, dans les formes les plus sévères ou les plus évolutives, comporte souvent des immunosuppresseurs combinés ou non à des bolus de corticoïdes. Par ailleurs, les patients concernés ne sont pas épargnés par les comorbidités qu’il s’agisse d’un diabète, d’une obésité ou d’affections cardiorespiratoires plus ou moins directement liées à la maladie neurologique. Ces conditions pourraient augmenter la susceptibilité à l’infection par le SARS-CoV-2 ou encore favoriser la survenue de formes sévères de la Covid-19. Face au manque de données prospectives sur ce sujet, une étude de cohorte brésilienne est donc la bienvenue, d’autant qu’elle a porté sur un effectif conséquent.

Dans ce pays très durement touché par la pandémie, l’objectif de cette étude a été de déterminer l’incidence et le pronostic de la Covid-19 au sein d’une cohorte constituée de 11 560 patients atteints d’une SEP confirmée et suivie dans le cadre de 47 centres de référence, entre les 13 mars et le 4 juin 2020. Les données ont été recueillies par l’intermédiaire de la plateforme spécifique REDONE COVID-19 MS.

Incidence de l’infection voisine de celle de la population générale

L’incidence de la Covid-19 au cours de la période couverte par l’étude a été estimée en cas de SEP à 27,7/10 000 patients, une valeur voisine de celle de la population générale, soit 29,2/10 000 habitants. Au total, 94 patients (dont 77 femmes ; âge moyen 40 ± 10,25 ans) ont été infectés par le SARS-CoV-2, alors que la SEP évoluait depuis en moyenne 9,9 ± 8,6 années. Dans la majorité des cas (87 %), il s’est agi d’une forme légère. Le traitement de fond reposant sur les immunosuppresseurs, en cours au moment de la Covid-19 chez 80 participants, a été maintenu dans l’immense majorité des cas (96 %).

Cette étude d’observation brésilienne qui porte sur près de 12 000 patients atteints d’une SEP confirmée est plutôt rassurante. La maladie ne semble pas favoriser l’infection par le SARS-CoV-2 et quand cette dernière survient, il s’agit le plus souvent d’une forme légère en dépit d’un traitement de fond qui fait largement appel aux immunosuppresseurs. Il n’en reste pas moins que les comorbidités sous-jacentes doivent être soigneusement détectées dans ce contexte et que la vaccination contre la Covid-19 doit être envisagée en priorité chez ces patients selon les recommandations actuelles.

Dr Philippe Tellier

Référence
REDONE.br – Neuroimmunology Brazilian Study Group Focused on COVID-19 and MS. : Incidence and clinical outcome of Coronavirus disease 2019 in a cohort of 11,560 Brazilian patients with multiple sclerosis. Mult Scler 2021 ; publication avancée en ligne le 2 février. doi: 10.1177/1352458520978354.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article