SEP et vaccination Covid-19 : y-a-t-il un lien ?

Les patients atteints de sclérose en plaques (SEP) présentent un risque accru d'infections, en particulier ceux avec un handicap sévère et/ou sous traitement de fond (DMT- disease modifying therapies) [1].

Ces infections peuvent déclencher des poussées de SEP. La vaccination chez les patients atteints de SEP permet de réduire le risque d'infections. Malgré le débat de longue date, l’existence d'un risque accru de survenue de poussées de SEP après une vaccination n'a pas été confirmée [2]. On se souvient de la polémique en France sur la vaccination de masse contre l'hépatite B (1994-1995), accusée de déclencher des cas de SEP sans qu’aucune causalité n’ait été prouvée. Depuis, de nombreuses études scientifiques ont montré l’absence de causalité entre cette vaccination et la SEP. A noter que la Société Francophone de la SEP recommande la vaccination contre la Covid 19 en tenant compte des éventuelles contre-indications classiques et des traitements suivis [3].    

Des cas de réactivation ou de première poussée après vaccination            

Depuis la mise en route de la vaccination de masse contre la Covid-19, l’attention est normalement attirée par les effets secondaires éventuels à travers une pharmacovigilance accrue. Des cas rares de complications neurologiques associées à la vaccination contre la Covid-19 ont déjà été signalés [4]. Il s'agit de cas de myélite transverse, de paralysie de Bell, du syndrome de Guillain-Barré et de la thrombose du sinus veineux cérébral. Dans le cas de la SEP, des études ont montré que le taux de rechute était le même chez les patients vaccinés que chez les patients non vaccinés [5]. Toutefois, dans ces études, il n’y avait pas de preuves radiologiques de l'activité de la maladie et la période d'observation était limitée.       

Deux premiers cas de rechute aiguë après la vaccination par COVID-19 ont été rapportés, les deux ayant une issue favorable [6, 7].

Dans la publication dont il s’agit ici, les auteurs décrivent une association dans le temps entre l’administration du vaccin Covid-19 et des poussées de SEP chez 16 patients [8]. L’étude de cette série de cas a été réalisée grâce au suivi d’une cohorte de patients atteints d’une SEP, dans 4 centres en Italie, entre mars et juin 2021. Pour 3 patients, il s’agissait de la première poussée conduisant au diagnostic de SEP ; 13 autres patients ont développé une rechute. Tous les cas ont été confirmés cliniquement avec des signes à l’IRM. Toutes les poussées de SEP sont survenues entre 3 jours et 3 semaines après avoir reçu la première dose du vaccin ou un rappel. Les vaccins reçus par les 16 patients étaient, pour 10 d’entre eux le BNT162b2/Pfizer-BioNTech, pour 2 le mRNA-1273/Moderna et pour 4 le ChAdOx1 nCoV-19/AstraZeneca.

Suite à cette étude montrant une réactivation de la maladie, les auteurs suggèrent une association temporelle entre l’administration du vaccin COVID-19 et des poussées SEP. La nature de cette association, qu’elle soit causale ou fortuite, reste à établir.

Pr Dominique Baudon, Professeur du Val-De-Grâce

Références
[1] Persson R, Lee S, Yood MU, Wagner Usn Mc CM, Minton N, Niemcryk S, et coll.: Infections in patients diagnosed with multiple sclerosis: a multi-database study. Mult Scler Relat Disord. 2020 ; 41:101982. doi: 10.1016/j.msard.2020.101982
[2] Mailand MT, Frederiksen JL. : Vaccines and multiple sclerosis: a systematic review. J Neurol. 2017 ; 264:1035–50. doi: 10.1007/s00415-016-8263-4
[3] https://sfsep.org/wp-content/uploads/2021/12/2111210-NL11-Recos-Vaccins-COVID-SFSEP.pdf
[4] Etemadifar M, Sigari AA, Sedaghat N, Salari M, Nouri H. : Acute relapse and poor immunization following COVID-19 vaccination in a rituximab-treated multiple sclerosis patient. Hum Vaccin Immunother. 2021 ; 20:1–3. doi: 10.1080/21645515.2021.1928463
[5] Achiron A, Dolev M, Menascu S, Zohar DN, Dreyer-Alster S, Miron S, et coll. : COVID-19 vaccination in patients with multiple sclerosis: what we have learnt by February 2021. Mult Scler. 2021 ; 27:864–70. doi: 10.1177/13524585211003476
[6] Maniscalco GT, Manzo V, Di Battista ME, Salvatore S, Moreggia O, Scavone C, et coll. : Severe multiple sclerosis relapse after COVID-19 vaccination: a case report. Front Neurol. 2021 ; 12:721502. doi: 10.3389/fneur.2021.721502
[7] Etemadifar M, Sigari AA, Sedaghat N, Salari M, Nouri H. : Acute relapse and poor immunization following COVID-19 vaccination in a rituximab-treated multiple sclerosis patient. Hum Vaccin Immunother. 2021; 20:1–3. doi: 10.1080/21645515.2021.1928463
[8] Riccardo Nistri et coll. : Case Report: Multiple Sclerosis Relapses After Vaccination Against SARS-CoV2: A Series of Clinical Cases. Front. Neurol., 22 October 2021 https://doi.org/10.3389/fneur.2021.765954

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions (1)

  • Sep vaccin

    Le 21 janvier 2022

    Ce seront les mêmes conclusions que le vaccin contre l’hépatite (qui n'est d'ailleurs, hors exception, d'aucun intérêt chez le nouveau né qui n'a que de rares relations sexuelles!).
    Quant à interpréter le fait qu'un vaccin n'est pas à l'origine d'une augmentation d'une maladie sous prétexte que le pourcentage de la maladie en cause n'y est pas supérieur chez les vaccinés que chez les non vaccinés m'a toujours laissé perplexe: ces cas sont peut être des cas surajoutés, mais je dois chipoter! S'il était inférieur, on pourrait logiquement penser le vaccin anti HB est un traitement de la SEP!

    Dr Jean-Paul Vasse

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.