Septicémies à staphylocoques dorés en pédiatrie : quels facteurs de risque ?

Staphylococcus aureus (SA) figure parmi les agents les plus fréquents de septicémies dans l’enfance et il est impliqué dans 10 % des infections nosocomiales. Le taux de mortalité varie de 0,7 % à 5 % et un tiers des septicémies à SA se compliquerait. Par ailleurs, la proportion de SA résistants à la méthicilline (SA-MR) varie dans le temps et selon la localisation géographique et ces SA-MR comportent un risque accru de complications, de foyers infectieux, d’hospitalisation prolongée et de décès.

Afin d’approfondir cette question, des pédiatres de Philadelphie ont revu la cohorte de sujets de moins de 18 ans hospitalisés dans le service de pédiatrie de 2007 à 2014 avec une hémoculture positive à SA (à l’exclusion des hémocultures poly-microbiennes) (1). Pour les sujets ayant eu plusieurs épisodes, seul le premier a été pris en compte.

Au total, 394 épisodes de bactériémie ont été inclus dans l’étude, 279 (71 %) à SA sensibles et 115 (29 %) à SA-MR. L’âge moyen des enfants était de 5,4 ans et 37 % avaient moins d’un an dont 11 % de nouveau-nés. En tout, 68 % des patients avaient une comorbidité [cardiaque (23 %), respiratoire (8 %), oncologique (7 %)].

Les infections liées à un cathéter étaient les plus fréquentes (n = 134, 34 %) dont 108/279 (38,7 %) parmi les SA sensibles et 26/115 (22,6 %) parmi les SA-MR (p = 0,002). Dans 62 % des cas (n = 83/134), il a été nécessaire de retirer le cathéter et ceci dans les 3 jours dans 40 % des cas (n = 54).

Les infections musculo-squelettiques arrivent en seconde position (118, 30 %) avec 26,5 % des SA sensibles et 38,3 % des SA-MR (p = 0,02). Puis les infections des tissus mous (n = 40, 10 %), les infections endovasculaires (n = 26, 6,6 %), les pneumonies (n = 25, 6,4 %), autres (n = 17, 4,3 %) et sans source connue (n = 34). Dans 42 % des cas, il a fallu pratiquer une intervention sur la source. La proportion de SA-MR a baissé avec le temps de 48 % en 2007 à 21 % en 2014 particulièrement pour les infections communautaires (baisse de 62 % à 25 %). Huit enfants (2 %) sont décédés dans les 30 jours en raison de la septicémie, 15 (3,5 %) ont eu une rechute dans ce délai et 38 (9,6 %) ont eu des complications dont des foyers métastatiques.

La résistance à la méthicilline était associée à l’apparition d’une complication (aOR = 3,31 ; intervalle de confiance à 95 % [IC95] de 1,60 à 6,85) ; le risque d’une complication était moindre pour les infections en rapport avec un cathéter (aOR = 0,40 ; IC95 de 0,15 à 1,03). Les durées de bactériémie les plus prolongées étaient associées (en analyse de régression de Poisson), à la résistance à la méthicilline, aux infections musculo-squelettiques et endovasculaires et au retard à l’intervention sur la source de la bactériémie.

En conclusion, cette série d’enfants avec une septicémie à staphylocoque doré montre que les souches résistant à la méthicilline sont associées aux bactériémies les plus prolongées et à un risque plus élevé de complications. Une autre série d’Israël portant sur 427 cas aboutit à des conclusions comparables avec une mortalité de 3 % et un taux de septicémies liées aux soins de 66 %, mais un taux plus bas de SA-MR (15 %) (2).

Pr Jean-Jacques Baudon

Références
(1)Hamdy RF et coll.: Risk factors for complications in children with Staphylococcus aureus bacteremia. J Pediatr 2019 ; 208 : 214-220.
(2)Gordon O et coll.: Staphylococcus aureus bacteremia in children: antibiotic resistance and mortality. Pediatr Infect Dis J 2019 ; 38 : 459-463.

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Les réactions aux articles sont réservées aux professionnels de santé inscrits
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.

Réagir à cet article