Sous statines le taux de HDL reste inversement corrélé au risque vasculaire

L’étude Framingham, confirmée par de multiples travaux, a mis en évidence une relation inverse entre le taux de HDL-cholestérol (HDL-c) et la morbi-mortalité cardiovasculaire. Parallèlement, les grands essais thérapeutiques conduits avec des statines ont montré que si ces médicaments diminuaient bien le taux de LDL-cholestérol (LDL-c) et la morbidité vasculaire, il persistait un risque résiduel chez les patients traités, malgré des taux de LDL-c parfois très bas. Ce risque résiduel peut être attribué à de multiples facteurs dont le taux de HDL-c.

Reprenant, dans une analyse post hoc, les données de l’étude TNT, Philip Barter et coll. ont donc cherché à déterminer si lorsque le LDL-c était ramené à des niveaux très faibles, le risque vasculaire résiduel restait corrélé au taux de HDL-C (1).  

 

 

Rappelons que l’étude randomisée en double aveugle TNT (pour Treating to New Targets) a inclus des patients à très haut risque traités en prévention secondaire par 10 ou 80 mg d’atorvastatine.

Les 9 770 patients pour qui l’on disposait du HDL-c ont été l’objet de ce travail. Cette étude a tout d’abord confirmé la valeur prédictive des taux de HDL au troisième mois de traitement chez les patients sous statines (40 % d’événements coronariens majeurs en moins lorsque le quintile le plus élevé de HDL-c est comparé au quintile le plus bas ; p=0,04). Il faut cependant noter que la différence entre ces deux quintiles n’était plus significative dans le groupe 80 mg d’atorvastatine et qu’elle n’avait plus qu’une significativité limite (p=0,05) lorsque les patients étaient classés en fonction des taux de LDL-c atteints.

Barter et coll. se sont tout particulièrement intéressés au sous groupe de sujets ayant atteint l’objectif d’un taux de LDL-c inférieur à 0,70 g/l. Chez ces malades, pour qui les résultats du traitement sont en théorie optimum, en analyse multivariée, le taux de HDL-c sous statines, demeure prédictif de la survenue d’événements cardiovasculaires majeurs puisque les sujets du quintile supérieur (plus de 0,55 g/l) ont eu, en 5 ans, 39 % d’événements de moins que ceux du quintile inférieur (moins de 0,37 g/l) (intervalle de confiance à 95 % entre - 3 et - 62 % ; p=0,03). 

Même chez les sujets correctement traités par statines, des taux faibles de HDL-c demeureraient donc un facteur de risque vasculaire. Il est toutefois possible que ce résultat soit dû à un facteur de confusion et puisse s’expliquer par une répartition inhomogène des autres facteurs de risque vasculaire dans les différents quintiles de HDL-c.

Quoi qu’il en soit, à la lumière des résultats négatifs et paradoxaux obtenus avec de nouvelles molécules augmentant le taux de HDL-c (2), il faut rappeler que rien ne démontre aujourd’hui qu’une intervention médicamenteuse sur le HDL-c puisse conduire à une réduction de la morbi-mortalité vasculaire.

Dr Céline Dupin

Références
1) Barter P et coll. : “HDL cholesterol, very low levels of LDL cholesterol, and cardiovascular events.” N Engl J Med 2007; 357: 1301-10.
2) Nissen S et coll.: “Effect of torcetrapib on the progression of coronary atherosclerosis.” N Engl J Med 2007; 356: 1304-16

Copyright © http://www.jim.fr

Réagir

Vos réactions

Soyez le premier à réagir !

Réagir à cet article

Les réactions sont réservées aux professionnels de santé inscrits et identifiés sur le site.
Elles ne seront publiées sur le site qu’après modération par la rédaction (avec un délai de quelques heures à 48 heures). Sauf exception, les réactions sont publiées avec la signature de leur auteur.


Lorsque cela est nécessaire et possible, les réactions doivent être référencées (notamment si les données ou les affirmations présentées ne proviennent pas de l’expérience de l’auteur).

JIM se réserve le droit de ne pas mettre en ligne une réaction, en particulier si il juge qu’elle présente un caractère injurieux, diffamatoire ou discriminatoire ou qu’elle peut porter atteinte à l’image du site.